BFMTV

Comment nomme-t-on les ouragans ?

La dénomination des ouragans par des prénoms est effective depuis 1950. Ici, Jeanne, en 2004.

La dénomination des ouragans par des prénoms est effective depuis 1950. Ici, Jeanne, en 2004. - -

Avant Sandy, Katrina, Irene ou encore Mitch ont tristement marqué les esprits. Sous cette attribution de prénoms humains banals aux ouragans les plus menaçants se cachent des règles scientifiques précises. Explications.

Des prénoms humains pour des ouragans. Si le phénomène peut faire sourire, le choix des noms de tempêtes n’a rien d’un hasard. Il est même le fruit de règles scientifiques codifiées.

Objectif : faciliter le travail des différents instituts météorologiques et la communication avec les populations pour les prévisions et les mesures de prévention.

Listes alphabétiques

Historiquement, l’attribution de prénoms remonte à 1950. Avant cette date, les ouragans étaient simplement désignés par l’année durant laquelle ils survenaient, suivie d’une lettre (exemple : 1939A, 1939B).

Dès 1950, le Bureau météorologique américain décide la nomination systématique des ouragans. Dans un premier temps, les noms féminins sont privilégiés, ce qui provoque l’ire des ligues féministes aux Etats-Unis, qui voient d’un mauvais œil l’association de prénoms de femmes aux adjectifs péjoratifs qualifiant les cyclones. A la fin des années 70, les prénoms masculins commencent donc à être, eux aussi, réquisitionnés.

Aujourd’hui, pour la zone Atlantique Nord, six listes de 21 prénoms sont établies. Une liste est utilisée pendant toute une année et revient donc tous les six ans. Etablies par le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami, en Floride, ces listes comportent des noms à consonance anglaise, française et espagnole, afin de correspondre aux pays bordant l’océan Atlantique. Chaque liste suit l’ordre alphabétique : le nom du premier ouragan d’une année commence par un "A", celui du troisième de la même année par un "C", etc… Les lettres Q, U, X, Y et Z ont en revanches été exclues des listes car elles ne donnaient que peu de possibilités de prénoms.

Noms retirés

Seule exception à la boucle infinie des six listes : le retrait des noms d’ouragans ayant fait un grand nombre de victimes ou ayant particulièrement marqué les esprits.

Ainsi, Klaus, Andrew, Mitch, Floyd, Katrina ou encore Irene, qui furent particulièrement ravageurs, sont des prénoms qui ne pourront pas être réutilisés. Entre 1953 et 2006, soixante-huit noms d’ouragans ont été retirés des listes et remplacés, en raison de leur intensité, des dommages qu’ils ont causés et/ou de leur mortalité.

Adrienne Sigel