BFMTV

Bretagne: des associations réclament à l'État un plan de lutte contre les algues vertes

Algues vertes sur la côte bretonne - Image d'illustration

Algues vertes sur la côte bretonne - Image d'illustration - BFMTV

Dans un courrier envoyé à la préfète de Bretagne et au président de région, trois associations réclament de nouvelles mesures contre cette algue qui dégage un gaz toxique et prolifère sur les côtes bretonnes.

Trois associations bretonnes interpellent l'État pour agir contre les algues vertes, une semaine après la publication du rapport du Giec sur les changements climatiques. Halte aux marées vertes, Sauvegarde du Trégor et Baie de Douarnenez Environnement ont envoyé dimanche un courrier à la préfète de Bretagne et le président de la région afin de réclamer, enfin, un plan d'action efficace contre ce fléau qui touche les côtes bretonnes.

Manque d'ambition

Dans le courrier, dont Le Telegramme a eu connaissance, les associations dénoncent "l’inadaptation et (le) manque d’ambition" du plan de lutte contre la prolifération de ces algues dégageant un gaz toxique, mis en place depuis 2010. D'après elles, les mesures prises sont loin d'être suffisantes face à des "échouages d'algues [ayant] des niveaux rarement atteints dans la baie de Saint-Brieuc".

Ces dernières demandent donc à la préfète de Bretagne Michèle Kirry et au président de région Loïg Chesnais Girard d'apporter des réponses rapidement, "dès le mois de septembre". Pour se faire, une concertation avec "tous les syndicats professionnels, des organismes agricoles, des associations de protection de la nature, des associations de pêche" est nécessaire, ajoutent-elles encore.

Trouver des alternatives aux engrais 

Elles estiment également que "des expérimentations de nouvelles cultures" agricoles doivent être faites afin de trouver des alternatives aux engrais chimiques, responsables de la prolifération des algues vertes.

Ce courrier a été envoyé à la suite de la publication le 8 août par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) d'un nouveau rapport alarmant sur la surexploitation des sols par les hommes, responsable du dérèglement climatique actuel.

Esther Paolini