BFMTV

Un "radeau" géant de pierre ponce flotte dans le Pacifique et pourrait sauver la barrière de corail

Le "radeau" de ponce comparé à la taille de Manhattan

Le "radeau" de ponce comparé à la taille de Manhattan - NASA Earth Observatory

L'éruption d'un volcan sous-marin serait à l'origine de ce morceau énorme de pierre volcanique, qui devrait arriver près de la grande barrière de corail d'ici sept à dix mois.

Un "radeau" de pierre ponce géant de la taille de Manhattan a été découvert flottant dans l'océan Pacifique et dérivant vers l'Australie. Il entraîne avec lui un nouvel écosystème marin qui pourrait contribuer à sauver la grande barrière de corail ayant perdu la moitié de sa surface en 30 ans, raconte CNN ce lundi.

L'énorme morceau de pierre volcanique a été aperçu pour la première fois par des marins le 9 août, quelques jours après l'éruption d'un volcan sous-marin près de l'île de Tonga dans le Pacifique, d'après le NASA Earth Observatory. Quelques jours plus tard, des marins australiens se dirigeant vers Vanuatu en catamaran ont déclaré sur Facebook avoir vu des roches volcaniques d'une telle taille que "l'eau n'était pas visible". 

Redistribuer la vie marine

Lorsque la pierre ponce se dirigera vers la Grande barrière de corail, la vie marine qui y est rattachée voyagera également, apportant potentiellement diverses nouvelles colonies de crustacés, de coraux et plus encore. C'est ce qu'affirme à nos confrères américains Scott Bryan, professeur spécialisé en géologie et géochimie à l'Université de technologie du Queensland. En 2012, après une éruption volcanique sous-marine similaire, le professeur a découvert que les "radeaux" de ponce permettaient aux océans de redistribuer la vie marine.

"Chaque morceau de pierre ponce est un véhicule qui permet aux organismes de s'attacher, de grandir et d'être transportés à travers l'océan", a déclaré Scott Bryan.

Il arrivera près de l'Australie d'ici 7 à 10 mois

Le "radeau" de ponce se déplace de 10 à 30 kilomètres par jour. Sa vitesse et sa direction résultent en grande partie des courants, des vagues et du vent, a expliqué le professeur. Les scientifiques pensent que cette pierre ponce devrait dériver avec le courant sur la côte australienne au cours des 7 à 10 prochains mois.

En 2016 et 2017, les vagues de chaleur en mer causées par les changements climatiques ont tué environ la moitié des coraux de la grande barrière de corail, ainsi que de nombreux autres dans le monde.

Alexandra Jaegy