BFMTV

Un présentateur australien dénonce le sexisme en portant le même costume pendant un an

Le présentateur de l'émission Today en Australie a dénoncé le sexisme dont sont victimes les femmes sur leur apparence (photo d'illustration).

Le présentateur de l'émission Today en Australie a dénoncé le sexisme dont sont victimes les femmes sur leur apparence (photo d'illustration). - Capture d'écran de l'émission Today.

Lassé des critiques adressées aux femmes sur leur tenue, un journaliste australien a décidé de porter le même costume pendant un an pour démontrer le sexisme dont sont victimes ses collègues féminines.

Personne ne l'a remarqué et pourtant, cela fait an qu'il présente le journal avec le même costume. Un présentateur australien a décidé de révéler ce week-end à l'antenne le sexisme dont sont victimes les femmes sur l'importance que l'on porte à leur apparence, rapporte The Age, un site australien.

Karl Stefanovic présente chaque jour sur Channel Nine une émission consacrée à l'actualité. Lassé des critiques adressées à sa collègue, qui reçoit des remarques acerbes sur le choix de ses vêtements, il décide en novembre 2013 de tenter une expérience pour montrer la différence de traitement entre présentateur et présentatrice.

Durant deux jours, il anime son émission avec la même tenue. Aucune remarque. 

Aucune réaction en un an

Le journaliste poursuit son test, alternant chemises et cravates, mais toujours avec le même costume. Seule sa partenaire à l'écran avait connaissance de l'expérience menée par Karl Stefanovic. Une année passe, et toujours rien, aucun mail ou courrier de téléspectateurs mécontents. 

Finalement, Karl Stefanovic dévoile le pot-aux-roses. "Moi, je suis jugé sur la qualité de mes interviews, sur mon épouvantable sens de l'humour, en gros, sur la façon dont je fais mon travail alors que les femmes sont davantage jugées sur ce qu'elles portent et sur la façon dont elles sont coiffées", a-t-il déploré.

Une expérience rondement menée, qui a permis au présentateur de démontrer une dure réalité. Il ne lui reste plus qu'à amener son costume au pressing. "D'ici la fin de l'année", a-t-il précisé.

A. Dt.