BFMTV

Un chrétien israélien soupçonné d'avoir tué sa fille qui voulait se convertir à l'islam

Vue de Ramle

Vue de Ramle - Ori via Wikimedia Creative Commons

Le père d'Henriette Karra, un chrétien israélien, est soupçonné d'avoir tué sa fille car il avait appris son projet de se convertir à l'islam par amour pour son petit ami.

Le 13 juin dernier, Henriette Karra, une Israélienne arabe et chrétienne âgée de 17 ans domiciliée à Ramla, s'était ouverte à l'une de ses proches de sa volonté de se convertir à l'islam par amour pour son petit ami, lui aussi Israélien arabe mais musulman. Hélas, il semble que la confidente ait laissé l'information transpirer jusqu'aux parents de la jeune fille. Le même jour, cette dernière a été retrouvée morte dans la cuisine de ses parents, le cou frappé à de multiples reprises par un couteau, rapporte le Washington Post.

Une déposition pour rien

Si Henriette n'avait pas elle-même exposé son projet à ses parents, c'est qu'elle savait qu'ils ne pourraient supporter la nouvelle. Ceux-ci lui avaient déjà dit que son couple était une "honte pour la famille" à leurs yeux. Pire, ils l'avaient précédemment menacée et frappée - sa mère notamment lui avait envoyé un pot au visage - pour précipiter la fin de sa relation avec son petit ami. C'est en tous cas ce que la jeune fille avait déclaré à la police quelques jours avant sa mort. Henriette avait ensuite quitté le domicile familial, hébergée un soir par des amis, un autre par la mère de son petit ami. 

Cette vaine déposition devant la police est l'un des éléments qui ont enflammé la colère de certaines personnes de l'entourage d'Henriette après sa mort. Selon elles, les institutions, et notamment l'établissement scolaire où elle était inscrite, étaient parfaitement au courant des difficultés familiales de l'adolescente et ne l'ont pas protégée. La polémique connaît aussi un rebond d'une autre nature. L'affaire illustre l'ampleur inquiétante du nombre d'homicides de femmes en Israël et notamment dans cette partie centrale du pays. La députée israélienne, Aida Touma Sliman, a ainsi observé qu'en l'espace d'un an, quinze femmes avaient été tuées aux environs de Ramle. 

L'"honneur" de la famille

Un mois après la mort d'Henriette, la police israélienne a mis en examen son père Sami Karra pour meurtre. La justice l'accuse de l'avoir tué sous le coup de son "opposition véhémente" à l'idée d'une conversion de sa fille et au couple qu'elle formait avec un musulman. La défense conteste cependant cette version et fustige le manque de preuves.

La mère de la victime a cependant confirmé aux policiers, note Haaretz, que son époux considérait le comportement de celle-ci comme une "insulte à l'honneur de la famille". Cet homme, si soucieux de l'honneur de sa famille, avait été au préalable condamné, entre autres, pour intimidation, violations de propriétés, trafic de drogues et possession de stupéfiants. 

Robin Verner