BFMTV

Syrie: les Européens du Conseil de sécurité de l'ONU demandent l'arrêt de l'offensive turque

Vue du siège de l'ONU, à New York, durant la 72e Assemblée Générale des Nations Unies.

Vue du siège de l'ONU, à New York, durant la 72e Assemblée Générale des Nations Unies. - Brendan Smialowski / AFP

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres a d'ailleurs de son côté exprimé sa "profonde inquiétude."

Au lendemain de la première offensive turque sur le nord de la Syrie, les cinq membres européens du Conseil de sécurité de l'ONU ont réclamé jeudi à "la Turquie d'arrêter (son) action militaire unilatérale", terme déjà utilisé par Emmanuel Macron plus tôt dans la journée, dans une déclaration à l'issue d'une réunion en urgence à huis clos tenue par cette instance.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres a d'ailleurs de son côté exprimé sa "profonde inquiétude" devant l'escalade de la violence dans le nord-est du pays. 

"Je tiens à exprimer ma profonde inquiétude face à l'escalade des conflits dont nous sommes témoins", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Copenhague, où se tient jusqu'à samedi le sommet des maires des grandes villes du monde (C40).

Pas de condamnation 

A ce stade, les cinq pays européens - France, Allemagne, Belgique, Royaume-Uni, Pologne - n'ont pas réussi à entrainer l'adhésion de l'ensemble de leurs partenaires du Conseil à leur déclaration, selon des diplomates. Leur texte souligne que les Européens "sont profondément préoccupés" par l'offensive turque sans toutefois la condamner.

L'offensive de la Turquie a provoqué un tollé international, plusieurs pays craignant une résurgence du groupe jihadiste Daesh. Ce jeudi, la France a d'ailleurs convoqué l'ambassadeur de Turquie, a indiqué une source diplomatique française et, plus tard dans la journée, Paris a demandé une réunion d'urgence de la coalition internationale anti-Daesh. 

Hugo Septier avec AFP