BFMTV

Rapport Mueller: pas d'entente prouvée entre Moscou et l'équipe de Trump

Le président américain Donald Trump (photo d'illustration)

Le président américain Donald Trump (photo d'illustration) - SAUL LOEB / AFP

Pour la Maison-Blanche, Donald Trump est "totalement disculpé" par les conclusions du rapport.

A l'issue d'une enquête de deux ans, le procureur spécial Robert Mueller a conclu à l'absence d'éléments prouvant une entente ou une coordination entre l'équipe de campagne de Donald Trump et Moscou lors de la présidentielle de 2016.

"Les investigations du procureur spécial n'ont pas déterminé que l'équipe de campagne Trump ou qui que ce soit associé à celle-ci se soit entendu ou coordonné avec la Russie dans ses efforts pour influencer l'élection présidentielle américaine de 2016", a indiqué le ministre de la Justice Bill Barr dans un courrier transmis eu Congrès et rendu public.

Immédiatement, la Maison-Blanche a réagi à ces nouvelles révélations, assurant que Donald Trump était désormais "totalement disculpé." Dans la foulée, c'est le président en personne qui a pris la parole sur Twitter.

"Pas de collusion, pas d'obstruction, DISCULPATION complète et totale. GARDONS SA GRANDEUR A L'AMERIQUE!", a-t-il expliqué, étant resté silencieux jusqu'ici pendant la majeure partie du week-end. Il a qualifié l'enquête russe d'"entreprise de démolition illégale qui a échoué".

D'autres questions en suspens

Le président des Etats-Unis, qui passe le week-end en Floride dans son luxueux club de Mar-a-Lago, n'a pas immédiatement réagi à ce courrier. Après une partie de golf avec son directeur de cabinet Mick Mulvaney, et le sénateur républicain Lindsey Graham, il devait retrouver la Maison Blanche en début de soirée.

Sur l'autre question centrale de ce dossier, une éventuelle entrave à la justice de la part du président américain, Robert Mueller n'a pas livré de conclusion définitive. "Si ce rapport ne conclut pas que le président a commis un crime, il ne l'exonère pas non plus", a-t-il écrit, cité par le ministre de la Justice.

Mais Bill Barr, premier destinataire du rapport d'enquête tant attendu, conclut de son côté que le document, qu'il a revu depuis vendredi, ne mentionne aucun délit susceptible d'entraîner à son avis des poursuites judiciaires sur le fondement de l'entrave à la justice.

Hugo Septier avec AFP