BFMTV

La Hongrie adopte une loi pénalisant l'aide aux migrants

Des migrants en Hongrie le 2 septembre 2015 -

Des migrants en Hongrie le 2 septembre 2015 - - ATTILA KISBENEDEK / AFP

Désormais venir en aide aux migrants sera passible de poursuites pénales en Hongrie.

Le Parlement hongrois a adopté ce mercredi un ensemble de lois dénommé "Stop-Soros" rendant passible de poursuites pénales l'aide aux migrants opérée par des ONG, à l'initiative du Premier ministre national-conservateur, Viktor Orban.

Jusqu'à un an de prison

Promis par le dirigeant avant sa confortable réélection pour un troisième mandat consécutif en avril, la nouvelle législation, qui vise "les organisateurs de l'immigration illégale", a été adoptée par 160 voix pour et 18 contre.

Ce nouveau tour de vis juridique institue notamment une peine de jusqu'à un an de prison pour toute personne portant assistance à une personne entrée illégalement en Hongrie depuis un pays n'appartenant pas à l'espace Schengen, si la vie de l'intéressé n'est pas immédiatement en danger.

Modification de la Constitution

L'ensemble législatif a été précédé d'une modification de la Constitution stipulant qu'aucune instance ne peut porter atteinte à "la composition de la population" hongroise, une disposition destinée à rendre inconstitutionnelle l'imposition de quotas de migrants par l'Union européenne.

Le nom de l'ensemble législatif fait allusion au milliardaire américain d'origine hongroise George Soros, que Viktor Orban, qui se présente comme le fer de lance de la défense de l'"Occident", accuse d'orchestrer par le biais de ses ONG une "immigration de masse" vers l'UE, ce que le financier a démenti.

M. F. avec AFP