BFMTV

La "caravane" de migrants reprend sa longue marche vers les Etats-Unis

-

- - Pedro Pardo / AFP

Les quelques 7000 migrants en majorité honduriens, à l'origine de fortes tensions entre Donald Trump et ses homologues latino-américains, reprennent ce matin la route vers les Etats-Unis.

La caravane de migrants qui fait trembler les Etats-Unis a repris la route. Après une journée de repos à Huitxla, dans le sud du Mexique, quelque 7000 migrants, en majorité honduriens, devaient reprendre leur longue marche mercredi matin, un périple qui relance les tensions entre Mexico et Washington.

Après deux jours en territoire mexicain, les migrants se sont arrêtés mardi dans cette petite ville de l'Etat du Chiapas, à 70 kilomètres de la frontière avec le Guatemala. Ils y ont repris des forces, la plupart pour la première fois depuis leur départ du Honduras le 13 octobre et 800 kilomètres parcourus. Il leur en reste encore 3000 pour atteindre la frontière américaine.

Dans la matinée, des habitants de la localité leur ont offert du café chaud, fourni des couvertures, des couches pour bébés. Certains ont profité de cette journée pour se laver dans la rivière et laver leurs vêtements. Les migrants devaient se remettre en marche vers 9 heures du matin. 

Déjà deux morts parmi les Honduriens

Certains de ces migrants, qui fuient la violence et la misère dans leur pays, parviennent à avancer un peu plus vite, en montant sur des camions, des pick-ups ou des motos. Mais certains y laissent aussi la vie. Le Honduras a fait état de deux morts parmi ses ressortissants: un au Guatemala, après avoir chuté d'un camion qui l'avait pris en stop, et un autre au Mexique.

Le petit pays centre-américain a également annoncé que 300 de ses ressortissants ont rejoint les 3433 autres qui avaient finalement décidé de retourner dans leur pays entre vendredi et dimanche. Les autorités mexicaines ont de leur côté indiqué avoir reçu un total de 1699 demandes d'asile depuis le début de cette crise.

Loin de se laisser impressionner par les menaces américaines, le Mexique a ouvert dans la nuit de lundi un pont à la frontière avec le Guatemala, offrant une voie royale vers les Etats-Unis à des centaines de migrants, fait savoir RFI.

Une caravane qui "défie la souveraineté américaine"

Le vice-président américain, Mike Pence, a suggéré mardi que des organisations honduriennes "de gauche" financées par le Venezuela étaient derrière cette "caravane", envoyée "vers le Nord pour défier notre souveraineté", a-t-il déclaré lors d'une conférence dans la capitale américaine. 

Le président américain, qui fait campagne pour les élections de mi-mandat, a, lui, dit avoir mis en alerte l'armée et les gardes-frontières face à cette "urgence nationale". Et a également reproché à l'armée et à la police mexicaines d'être "incapables" d'arrêter les migrants.

CR avec AFP