BFMTV

JFK: ce qu'on peut attendre des documents déclassifiés

JFK

JFK - AFP

La publication de milliers de documents déclassifiés sur l'assassinat de JFK pourrait en apprendre davantage aux historiens sur le parcours de Lee Harvey Oswald et l'implication des agences américaines.

Des milliers de documents sur l'assassinat du président américain John F. Kennedy seront publiés ce jeudi sur internet, mais les experts n'attendent pas de révélations fracassantes, ni la fin des nombreuses théories du complot. 

La commission Warren a conclu au terme de son enquête sur l'assassinat le 22 novembre 1963 à Dallas, au Texas, du charismatique président de 46 ans qu'il avait été mené par l'ancien Marine tireur d'élite Lee Harvey Oswald, agissant seul. Cette position officielle a été loin d'étouffer les spéculations sur un complot ourdi par des intérêts divers contre le 35ème président américain.

"Il y a 3100 documents, plus 30.000 autres documents ouverts en partie, donc ça va être un fichier 'mammouth'. Même pour un historien supersonique, on ne va pas savoir immédiatement ce qui s’est exactement passé le 22 novembre 1963", explique sur BFMTV notre consultant François Durpaire. 

Finalement, seulement 2.800 documents devraient être déclassifiés. En effet, Donald Trump, suivant en cela l'avis de la CIA et du FBI, a décidé le report des documents les plus sensibles. 

Des centaines d'ouvrages et de films ont alimenté la thèse de la conspiration, pointant du doigt les adversaires de la Guerre froide qu'étaient l'Union soviétique et Cuba, la mafia et même le vice-président Lyndon B. Johnson.

Attentes

La loi du 26 octobre 1992 stipule que les documents sur l'assassinat conservés aux Archives nationales doivent être publiés en intégralité et sans censure après 25 ans.

Les spécialistes de l'assassinat de Kennedy attendent avec impatience cette opportunité, tout en cherchant à atténuer les attentes. "Beaucoup de gens pensent qu'ils vont être ouverts et qu'ils contiendront la solution à l'affaire qui conviendra à tout le monde", a relevé Gerald Posner, auteur de "Case Closed" ayant lui aussi conclu qu'Oswald avait agi seul.

"Ça ne va pas être le cas", a-t-il affirmé. "Personne ne va abandonner sa conviction qu'un complot a été ourdi parce que la publication des dossiers ne le prouve pas". "Ils diront simplement qu'ils ont été détruits ou dissimulés", a-t-il estimé. 

Pierre de Rosette

Larry Sabato, professeur de sciences politiques à l'université de Virginie et auteur de "The Kennedy Half-Century", envisage le maintien du secret pour certains documents.

"Peu importe ce qu'ils vont conserver, ce sera considéré comme la Pierre de Rosette", a-t-il expliqué. "Cela va simplement alimenter encore plus les théories conspirationnistes".

"Quiconque pense qu'un document est intitulé 'Membres de la conspiration pour tuer le président Kennedy' va attendre longtemps", a-t-il ironisé.

Les experts s'accordent en revanche à dire que ces dossiers pourraient lever le voile sur un chapitre mystérieux de la vie d'Oswald: son voyage à Mexico environ sept semaines avant le drame.

"On va évidemment s’intéressé à ce qu’il y a de plus secret, et notamment à ce voyage de Lee Harvey Oswald à Mexico quelques semaines avant l’assassinat, fin septembre. Il va à l’ambassade de Russie, il va à l’ambassade cubaine, il prépare quelque chose", confirme François Durpaire. 

Les agences "ont foiré"

Selon notre consultant, les questions sur ce point sont nombreuses:

"Quel est le degré de connaissance de la CIA et du FBI du projet d’attentat qu’il prévoit contre le président des États-Unis ? Est-ce que c’est de la défaillance ? De La complicité ? Est-ce que cet assassinat de Kennedy aurait pu être évité, parce que Lee Harvey Oswald, à cette époque, c’est l’équivalent d’un fiché S aujourd’hui, qui aurait réussi son projet d’attentat."

L'agence de renseignement CIA et la police fédérale (FBI) pourraient exhorter le président Trump à bloquer certains documents pour dissimuler leurs propres défaillances.

Ces agences "ont foiré", estime Larry Sabato.

"Elles avaient toutes les indications selon lesquelles Oswald était un marginal et un sociopathe" mais, d'après lui, aucune n'a prévenu le Secret Service, chargé de protéger le président.

Oswald a été arrêté peu après l'assassinat de JFK et le meurtre d'un policier de Dallas. Il a été abattu deux jours plus tard par Jack Ruby, propriétaire d'une boite de nuit.
Louis Nadau avec AFP