BFMTV

"Il y avait beaucoup de pression": une semaine après le verdict, un juré au procès de Derek Chauvin raconte

Derek Chauvin à son procès sur une capture écran de Court TV, le 15 avril 2021

Derek Chauvin à son procès sur une capture écran de Court TV, le 15 avril 2021 - STR © 2019 AFP

Le policier a été reconnu coupable il y a une semaine du meurtre de George Floyd, dont la mort est depuis devenue un symbole des violences policières à l'encontre des minorités aux États-Unis.

Le policier blanc Derek Chauvin a été déclaré coupable du meurtre de George Floyd le 20 avril dernier. Le quadragénaire noir avait été tué à Minneapolis, dans le Minnesota, par le policier le 28 mai 2020. Sa mort est devenue un symbole des violences policières contre les minorités aux États-Unis.

Le procès du policier a duré trois semaines. Déclaré coupable, il ne connaîtra toutefois le quantum de sa peine que le 16 juin prochain. Il a été écroué dans la foulée du prononcer du verdict.

"Beaucoup de pression"

Douze jurés, qui délibéraient depuis la veille, se sont prononcés sur la culpabilité de Derek Chauvin, déjà radié de la police. L'un d'eux témoigne ce mercredi sur CNN du contexte et de l'ambiance dans lesquels se sont déroulés le procès.

"C'était sombre. J'ai ressenti chaque journée comme un enterrement", a confié Brandon Mitchell à la chaîne de télévision.

"C'était tendu tous les jours. Je n'étais pas nerveux mais c'était stressant. C'était beaucoup de pression", poursuit-il.

Âgé de 31 ans et noir, Brandon Mitchell est coach de basketball. Il témoigne sous son nom, mais la semaine passée, un magistrat a ordonné que les identités des jurés ne soient pas rendues publiques avant une période d'au moins six mois, en raison des nombreux courriels "incendiaires et menaçants" fréquemment reçus en marge du procès.

"C'est un début"

Pour le juré, ce verdict doit marquer une rupture et un changement.

"Nous n'avons jamais vu un résultat semblable sur une affaire. Je pense vraiment que c'est un début, et un bon début", a estimé Brandon Mitchell auprès de CNN. "Rien qu'à voir l'attention que cela suscite encore. Le simple fait de maintenir la loupe dessus doit déclencher un changement".

Lorsqu'il a dû remplir un questionnaire pour devenir juré, il explique avoir écrit qu'il souhaitait endosser ce rôle "pour toutes les manifestations et tout ce qui est arrivé après cet événement. C'est l'affaire la plus historique de ma vie, et j'adorerais en faire partie", avait-il confié précédemment au cours d'une interview avec la chanteuse de gospel Eric Campbell, lundi, citée par CNN.

Sur l'accusé Derek Chauvin, Brandon Mitchell estime que ce dernier a arboré une attitude confiante aux début du procès, qui est devenue par la suite plus confuse. "Je n'ai vu aucun remord", analyse toutefois le juré populaire, qui explique avoir eu besoin de décompresser après le verdict.

"Cela fait quelques jours maintenant que je commence à me sentir à nouveau moi-même", confie-t-il.

Des délibérations qui ont paru comme "20 minutes"

Brandon Mitchell raconte avoir le sentiment que le procès s'est noué après la déclaration du pneumologue Martin J. Tobin, qui a témoigné en tant qu'expert au sujet des derniers moments de George Floyd.

"J'ai eu l'impression que le procès était terminé. Il a parlé de tout en des termes simples, et cela faisait sens", s'est remémoré Brandon Mitchell dans son interview de lundi, expliquant que pour lui, les longues heures de délibération qui ont suivi ont paru comme "20 minutes".
Clarisse Martin Journaliste BFMTV