BFMTV

Honduras: manifestation massive contre la réélection du président

Le candidat de l'opposition à la présidence du Honduras Salvador Nasralla conduit la  manifestants pour protester contre la réélection du président sortant, à San Pedro Sula (180 km nord de Tegucigalpa), le 6 janvier 2018

Le candidat de l'opposition à la présidence du Honduras Salvador Nasralla conduit la manifestants pour protester contre la réélection du président sortant, à San Pedro Sula (180 km nord de Tegucigalpa), le 6 janvier 2018 - ORLANDO SIERRA, AFP

La protestation ne faiblit pas au Honduras, où les manifestants contestent la réélection du président Juan Orlando Hernandez. Des ONG estiment que près de 30 personnes ont été tuées dans la répression des manifestations.

Des dizaines de milliers de personnes ont participé samedi au Honduras à une marche de protestation contre l'annonce de la réélection du président sortant Juan Orlando Hernandez et ont réclamé l'investiture du candidat de l'opposition.

Lors de ce rassemblement qui a eu lieu à San Pedro Sula, la deuxième ville du Honduras, dans le nord du pays, les manifestants ont réclamé que le candidat de l'opposition, Salvador Nasralla, soit reconnu comme le véritable vainqueur de l'élection présidentielle, dont le second tour a eu lieu le 26 novembre, et qu'il soit investi le 27 janvier.

Plus de 80.000 sympathisants de l'Alliance d'opposition contre la dictature, une coalition de gauche, ont participé à cette marche, selon les estimations de militants des droits de l'homme.

"Les gens n'admettront pas qu'on leur impose le maintien du dictateur", a lancé Salvador Nasralla, un populaire animateur de télévision âgé de 64 ans, s'adressant à la foule sur une estrade installée devant la cathédrale de San Pedro Sula.

Manifestation en faveur du candidat présidentiel de l'opposition Salvador  Nasralla, le 6 janvier 2018 à San Pedro Sula, (180 km nord de Tegucigalpa)
Manifestation en faveur du candidat présidentiel de l'opposition Salvador Nasralla, le 6 janvier 2018 à San Pedro Sula, (180 km nord de Tegucigalpa) © ORLANDO SIERRA, AFP

Plus de 30 morts

"Nous ne nous arrêterons pas tant que nous n'aurons pas sorti les corrompus du pouvoir", a promis Salvador Nasralla. Les manifestants portaient des banderoles avec des slogans comme "La fraude électorale ne passera pas", "Plus d'assassinats ciblés" ou "Liberté pour les prisonniers politiques".

Le Tribunal suprême électoral (TSE), qui est accusé de recevoir ses ordres du pouvoir, a déclaré vainqueur de l'élection de Juan Orlando Hernandez, un avocat âgé de 49 ans, qui se présentait à sa réélection pour le Parti national (PN, droite). Le TSE a mis plus de trois semaines pour proclamer officiellement le vainqueur, au milieu d'une campagne de manifestations de l'opposition et de troubles parfois violents.

Selon des organismes de défense des droits de l'Homme, plus de 30 personnes ont été tuées et plus de 800 arrêtées au cours de la répression des manifestations par la police et par l'armée. Vendredi, le TSE a rejeté, en avançant un manque de preuves, un recours en nullité pour fraude déposé par l'opposition contre la réélection de Juan Orlando Hernandez.

Les premiers résultats partiels publiés par le TSE le jour du second tour, alors que 57% des bulletins avaient été dépouillés, donnaient une avance de cinq points à Salvador Nasralla. Le système de comptage avait ensuite subi plusieurs pannes et interruptions. Le TSE avait finalement donné Juan Orlando Hernandez vainqueur avec 42,95% contre 41,42% à Salvador Nasralla.

"Nous allons vers une grève nationale", a déclaré à l'AFP Manuel Zelaya, ancien président hondurien et coordonnateur de l'alliance de l'opposition. Il a annoncé, sans préciser de dates, "des blocages sur toutes les voies publiques essentielles, les routes, dans les ports, les aéroports, pour que la volonté populaire soit respectée".

Manifestation en faveur du candidat présidentiel de l'opposition Salvador  Nasralla, le 6 janvier 2018 à San Pedro Sula, (180 km nord de Tegucigalpa)
Manifestation en faveur du candidat présidentiel de l'opposition Salvador Nasralla, le 6 janvier 2018 à San Pedro Sula, (180 km nord de Tegucigalpa) © ORLANDO SIERRA, AFP

"Désobéissance civile"

L'Alliance de l'opposition contre la dictature appelle d'ores et déjà à la "désobéissance civile" et au "boycott" de l'investiture de M. Hernandez.

S'adressant aux manifestants, Manuel Zelaya a déclaré son désaccord avec la position de l'Organisation des Etats américains (OEA), dont le secrétaire général Luis Almagro a proposé de refaire l'élection présidentielle hondurienne dans la mesure où une mission d'observation de l'organisation a estimé qu'il n'était pas possible de déterminer qui avait gagné le 26 novembre.

"Je ne crois pas l'OEA, mais si elle vient remettre le pouvoir à Nasralla, qu'elle soit la bienvenue", a dit Manuel Zelaya. "Je ne crois pas les Etats-Unis, mais s'ils reconnaissent Salvador Nasralla comme président, qu'ils soient les bienvenus".

Les Etats-Unis font partie de la vingtaine de pays qui ont reconnu la réélection de Juan Orlando Hernandez.

Manuel Zelaya a enfin rejeté toute participation de l'opposition au dialogue que Juan Orlando Hernandez a entamé avec divers secteurs sociaux du pays, mais n'a pas exclu une médiation.

Noe LEIVA, Tegucigalpa (AFP), © 2018 AFP