BFMTV

Gênes: "pire qu'un tremblement de terre", témoigne un homme habitant sous le pont Morandi

Un père de famille habitant sous le pont Morandi a eu le temps de s'enfuir avec ses trois petites filles lorsque l'édifice s'est écroulé. Il raconte la catastrophe à BFMTV.

Ce Génois et ses trois petites filles sont des miraculés: alors que le pont Morandi, surplombant leur immeuble, s'écroulait mardi en faisant au moins 39 victimes, Gavino a pu s'échapper à temps et sortir de la catastrophe indemne. Sur notre antenne, le père de famille raconte:

"Il y a eu un bruit assourdissant qui a duré trente secondes. J’ai vu le pont s’écrouler sous mes yeux. À ce moment-là, je me suis dit ‘c’est fini’. J’ai regardé mes filles dans les yeux, et pensé que nous n’arriverions jamais à nous enfuir. J’ai mis mes filles sur mes épaules, et nous sommes partis en courant", raconte Gavino.
"Finalement nous avons réussi à sortir de l’immeuble, ça ne s’est joué à rien. Il y a un morceau de pont qui est resté suspendu au-dessus de nos têtes. S’il était tombé, nous aurions tout perdu, et je ne serais plus là aujourd’hui."

"La maison bondissait"

"C'était pire qu'un tremblement de terre, relate le Génois. La maison tremblait, c’est comme si elle bondissait. Ça penchait de droite à gauche, et quand le pont s’est mis à s’effondrer vers le bas, tout s’est mis à bouger dans l’immeuble." "Ça a été difficile", confie-t-il.

Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a annoncé mercredi devant la presse l'instauration d'un "état d'urgence pour 12 mois" à Gênes, promettant en outre ne aide de 5 millions d'euros débloqués du fonds d'urgence nationale.
Louis Nadau