BFMTV

Violences conjugales: il se fait passer pour un ancien ami de sa femme pour la harceler

Une écoutante de la plate-forme téléphonique du 3919, numéro d'appel unique destiné aux femmes victimes de violences conjugales, le 20 mai 2010 à Paris

Une écoutante de la plate-forme téléphonique du 3919, numéro d'appel unique destiné aux femmes victimes de violences conjugales, le 20 mai 2010 à Paris - Jacques Demarthon-AFP

Il a espionné, harcelé, insulté et menacé son épouse pendant un an et demi en se faisant passer pour un ancien petit ami. Ce Britannique, dont le comportement a été jugé cruel et calculateur, a été condamné à trois ans de prison.

Il a été condamné à trois ans de prison pour s'être fait passer pour un ancien petit ami d'école de son épouse et l'avoir harcelée, espionnée, menacée et insultée sur les réseaux sociaux pendant un an et demi. Tout en continuant à jouer le rôle du mari aimant. 

Paul Playle, un Britannique âgé de 43 ans originaire de Bexhill-on-Sea, dans le sud-est de l'Angleterre, réconfortait la mère de ses trois enfants qu'il ne cessait d'importuner, de pourchasser et de menacer sous un faux nom, entre décembre 2015 et juin 2017, rapporte The Telegraph.

"Je suis terrifiée de sortir de la maison"

Depuis, Amanda, avec qui il a été marié vingt-sept ans, vit recluse. "Je suis terrifiée de sortir de la maison, d'aller au travail ou d'aller au magasin de l'autre côté de la rue. Je panique quand mon téléphone sonne. Je ne suis pas à l'aise et j'éclate en sanglots sans raison, a-t-elle déclaré lors de l'audience. Quand je pense que c'était la seule personne en qui je croyais pouvoir avoir toujours confiance. Je ne fais plus confiance à personne." 

Le procureur a estimé que le quadragénaire avait volontairement entrepris d'humilier et de contrôler son épouse. Paul Playle, convaincu qu'elle le trompait, a créé d'autres faux comptes Facebook afin d'espionner sa compagne et de la harceler. Il a même contacté, par le biais des réseaux sociaux, des collèges de travail des parents de sa compagne, se présentant comme une amie.

"Vous avez regardé votre femme s'effondrer"

Paul Playle suivait son épouse au quotidien et l'espionnait, lui envoyant des messages lorsqu'elle faisait du shopping ou son jogging. Dans les messages qu'il lui a envoyés, il lui posait des questions sur ses anciennes relations sexuelles et l'insultait.

"Vous avez regardé votre femme s'effondrer devant vous, effrayée par les abus qu'elle subissait en ligne, a dénoncé la juge. Vous avez prétendu la réconforter. C'est le comportement le plus cruel et le plus calculateur. Tout cela a été commis par jalousie et par le désir de de la punir pour ce que vous considériez comme de mauvais comportements."

C.H.A.