BFMTV

Une ado fait une blague sur Twitter et finit au poste de police

Le tweet de la jeune hollandaise, et la réponse de la compagnie aérienne American Airlines.

Le tweet de la jeune hollandaise, et la réponse de la compagnie aérienne American Airlines. - -

Lundi, une adolescente de 14 ans a été interpellée aux Pays-Bas. La jeune fille s'était déclarée membre d'Al-Quaïda et a proféré des menaces auprès de la compagnie aérienne American Airlines sur Twitter.

"Bonjour, je m'appelle Ibrahim et je viens d'Afghanistan. Je suis membre d'Al-Qaïda et le 1er juin je vais faire quelque chose d'énorme. Au revoir". Une adolescente de 14 ans a été interpellée lundi aux Pays-Bas après avoir menacé sur Twitter la compagnie aérienne American Airlines, se faisant passer pour une membre d'Al-Qaïda.

Retour sur les faits. Dimanche matin, @QueenDemetriax_, le pseudo Twitter de la jeune fille, déclare dans un post faire partie du groupe terroriste Al-Quaïda, mais revendique également une éventuelle attaque prévue pour le 1er juin et dont la cible serait la compagnie américaine American Airlines.

Une enquête ouverte après le tweet

Les menaces ayant été prises au sérieux, il n'en n'aura pas fallu plus aux autorités et à la compagnie aérienne pour ouvrir une enquête et interpeller la "coupable". C'est une blague qui coûte cher pour cette adolescente. American Airlines a directement répondu à ce tweet provocateur, accusant la bonne réception des menaces et annonçant la prise en charge de celles-ci par les autorités.

La jeune hollandaise s'est excusée en plusieurs posts et a supplié la compagnie de ne pas donner suite à mauvaise blague, en vain.

La jeune fille s'est présentée d'elle-même, lundi après-midi, au poste de police. "Au vu du contenu du tweet, nous souhaitons connaître ses motivations. Nous l'avons arrêtée pour l'interroger", a déclaré Roland Ekkers, le porte-parole de la police de Rotterdam.

"J'ai toujours voulu être célèbre, mais comme Demi Lovato, pas comme Oussama Ben Laden", a déclaré l'adolescente de 14 ans.

Manon Costantini