BFMTV

Sous-marin danois: la tête de la journaliste suédoise Kim Wall retrouvée

Kim Wall

Kim Wall - TOM WALL / FAMILY HANDOUT / AFP

La police danoise a annoncé samedi avoir retrouvé la tête et les deux jambes de la journaliste suédoise Kim Wall.

La police danoise a annoncé samedi avoir retrouvé la tête et les deux jambes de la journaliste suédoise Kim Wall, qui a trouvé la mort alors qu'elle était venue interviewer l'inventeur danois Peter Madsen en août à bord de son sous-marin artisanal.

La tête et les jambes ont été découvertes dans un sac, alors que les vêtements de la jeune femme étaient rassemblés dans un second sac, a précisé l'inspecteur de la police de Copenhague, Jens Moller Jensen.

"La nuit dernière, notre dentiste légiste a confirmé qu'il s'agissait de Kim Wall", a-t-il déclaré à la presse.

Selon lui, un premier sac a été retrouvé contenant les vêtements de la reporter âgée de 30 ans.

"Dans le même sac, il y avait un couteau et des tuyaux en plomb pour lester le sac", a-t-il expliqué. Les deux jambes ont ensuite été découvertes ainsi qu'"une tête qui se trouvait également dans un sac, lequel était également lesté de multiples pièces de métal".

Sabordage

Kim Wall, une journaliste aguerrie qui avait notamment collaboré avec The Guardian ou le New York Times, avait embarqué en août à bord d'un sous-marin artisanal, le Nautilus, en compagnie de l'inventeur et concepteur danois de l'engin.

Son compagnon avait donné l'alerte le lendemain alors que le propriétaire du submersible, Peter Madsen, était secouru par les autorités danoises dans les eaux de l'Öresund, entre les côtes du Danemark et de la Suède, peu avant le naufrage de son sous-marin. Le tronc décapité et démembré de la jeune femme a été découvert le 21 août en baie de Køge, non loin de la capitale danoise.

Pour la police danoise, Peter Madsen aurait intentionnellement sabordé son sous-marin, qui est actuellement inspecté par la police scientifique. Lors de ses premières auditions, l'inventeur avait affirmé avoir débarqué la journaliste, en vie, sur la pointe de l'île de Refshaleøen, à Copenhague, dans la soirée du 10 août. Plus tard, en garde à vue, il avait avoué que Kim Wall avait été victime d'un accident et qu'il avait jeté son corps dans la baie de Køge.

Fantasme sexuel

Selon cette version, il était monté sur le pont, retenant la porte de l'écoutille d'accès à la tourelle dans laquelle se trouvait Kim Wall. Glissant brutalement, il avait lâché prise et le panneau de 70 kilos était retombé sur la tête de la jeune femme qui avait lourdement chuté.

L'accusation soutient que Peter Madsen a tué Kim Wall afin de satisfaire un fantasme sexuel, puis démembré et mutilé son corps. L'autopsie n'a pas permis d'établir les causes de la mort. Elle a en revanche mis en évidence de multiples mutilations infligées aux parties génitales de la victime.

Louis Nadau avec AFP