BFMTV

République tchèque: un caleçon géant hissé sur le palais présidentiel

Les opposants au président tchéque dénonce son attitude face aux Russes et aux Chinois.

Les opposants au président tchéque dénonce son attitude face aux Russes et aux Chinois. - Twitter

Voulant dénoncer les orientations politiques du président tchèque, qu'ils jugent trop pro-russe et pro-chinois, trois opposants sont montés sur le toit du palais présidentiel pour remplacer le drapeau national par un caleçon rouge géant.

Quand l'expression baisser son pantalon prend tout son sens. Trois opposants au pouvoir en place en République tchèque ont hissé un caleçon rouge géant sur le toit du palais présidentiel à Prague. Une façon pour eux de dénoncer l'attitude du chef de l'État, Milos Zeman, accusé de se soumettre aux exigences des Russes et des Chinois.

Samedi soir, les trois hommes, âgés de 33 à 41 ans, tous membres d'un groupe de blagueurs très critiques envers le gouvernement tchèque, sont parvenus à grimper sur le toit du palais présidentiel. Là ils ont décroché le drapeau national pour y hisser à la place le sous-vêtement en taille géante. "L'étendard d'un homme qui n'a honte de rien flotte finalement au-dessus du Château de Prague", a écrit sur son site et sur Facebook le groupe "Ztohoven", connu pour des réalisations et performances transgressives.

Pour ce groupe, la couleur rouge du caleçon symbolise les relations étroites qu'entretient selon eux le chef de l'État tchèque avec Moscou et Pékin. Outre son orientation pro-russe et pro-chinoise, les détracteurs de Milos Zeman lui reprochent aussi son langage parfois vulgaire. Pour cet incursion, ils encourent jusqu'à deux ans de prison.

Un groupe inventif

De son côté, le porte-parole du président, Jiri Ovcacek, a épinglé sur Twitter ce qui est selon lui une "fascisation du café pragois" qui "ne recule pas devant la profanation des symboles d'Etat". Par le terme "café pragois", le président Zeman, ex-chef du parti social-démocrate, désigne avec dérision les milieux intellectuels, généralement favorables à son rival Karel Schwarzenberg lors de l'élection présidentielle en janvier 2013.

Le groupe "Ztohoven" n'en est pas à son coup d'essai. En juin 2007, il avait notamment piraté la télévision publique tchèque en faisant figurer un champignon nucléaire, tiré d'un film documentaire, dans un paysage paisible diffusé pour illustrer un bulletin météorologique matinal.

Il a également remplacé en 2007 sur une cinquantaine de feux de signalisation à Prague les habituels petits personnages rouges et verts par une panoplie de silhouettes comiques, pour "sortir les passants de leur routine quotidienne".

J.C. avec AFP