BFMTV

L'Allemagne, championne des demandeurs d'asile en Europe

L'Allemagne représente à elle seule la moitié des demandes d'asile de l'Union européenne.

L'Allemagne représente à elle seule la moitié des demandes d'asile de l'Union européenne. - Robert Atanasovski - AFP ; montage BFMTV

INFOGRAPHIE - Le gouvernement allemand a dévoilé mercredi ses prévisions en matière de demandes d'asile pour l'année 2015, et le résultat dépasse ses pires craintes: avec 800.000 nouvelles demandes attendues, le pays aura multiplié par quatre le nombre de dossiers, et donc, de migrants. Si l'Allemagne est un cas à part dans le paysage des pays d'accueil, les chiffres montrent que la situation évolue de manière critique.

L'Allemagne fait face à un afflux de migrants sans équivalent à notre époque. On ne connaît bien sûr pas encore les chiffres portant sur l'année 2015, mais si la tendance se poursuit, le pays aura reçu 800.000 demandes d'asile d'ici décembre. Soit 1,25% de la population allemande. En 2014, ce chiffre était de 200.000, déjà un record à l'époque.

Parmi ces migrants, un grand nombre sont originaires de Syrie, d'Irak ou d'Afghanistan. Mais une part importante est également issue des Balkans. C'est en confrontant les données de l'Allemagne à celles des autres pays d'Europe qu'on voit ce qu'elles ont d'exceptionnel: à lui seul, ce pays représente la moitié des demandes d'asile des 28 pays européens. Pendant que l'Allemagne recevait, en 2014, 200.000 demandes, la France en recevait 64.000 et le Royaume-Uni, 32.000.

>> Carte des demandes d'asile en 2014 avec historique depuis 2008 (voir les données d'Eurostat)

Ces chiffres disent l'urgence de la situation des migrants, à laquelle les pays européens sont confrontés. Alors qu'en juillet, les pays de l'Union sont parvenus à se mettre d'accord pour réinstaller 22.500 réfugiés syriens, et sur l'accueil de 32.256 demandeurs d'asile parvenus jusqu'aux côtes grecques et italiennes, ce sont 662.000 migrants qui sont arrivés en Europe en 2014.

Si l'on regarde les arrivées mois par mois depuis janvier 2008, on constate que la tendance est très nettement à la hausse. Les prévisions du gouvernement allemand selon lesquelles les arrivées seront multipliés par quatre en 2015 sont alarmantes.

>> Evolution des demandes d'asile dans les pays d'Europe depuis 2008 (voir les données d'Eurostat)

Parmi toutes ces demandes formulées, combien sont acceptées? Très peu. Sur les 200.000 personnes à avoir demandé l'asile en Allemagne en 2014, seuls 40.000 dossiers ont été acceptés en première instance, soit moins d'un sur quatre. En France, sur les 64.000 demandes, 14.000 ont été approuvés en première instance, soit à peu près la même proportion.

Même résultat à l'échelle européenne: on constate que sur les 626.000 demandes formulées en 2014, seules 160.000 ont été acceptées en première instance. Les trois quarts des demandeurs d'asile sont renvoyés à la frontière.

>> Evolution des demandes acceptées (en couleurs) comparées avec le nombre total des demandes (en noir) (voir les données d'Eurostat)

Le ministre des Affaires étrangères a évoqué mardi 18 août les quatre points qui pourraient servir de fondation à un plan franco-allemand de gestion de la crise humanitaire. Il s'agirait de créer des points d'enregistrement, de mettre en place des procédures accélérées, d'aider les pays de transit à lutter contre les filières clandestines et, à long terme, d'aider les pays de départ à se développer pour empêcher le départ à la source. Mais comme l'a déjà annoncé Angela Merkel, il n'est plus possible, pour les pays européens, de travailler sur cette question "en mode normal" tant la situation a évolué.

L'allemagne, selon le Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU (UNHCR), arrive deuxième au classement des pays recevant le plus de demandes d'asile. C'est la Russie qui a obtenu, en 2014, la palme, avec 270.000 demandes. Mais si les prédictions du gouvernement allemand se réalisent, il y a fort à parier que Berlin surclassera Moscou d'une bonne longueur d'ici la fin de l'année.