BFMTV
Italie

Berlusconi renvoyé en justice pour corruption de sénateur

Silvio Berlusconi de nouveau inquiété par la justice

Silvio Berlusconi de nouveau inquiété par la justice - -

L'ancien président du Conseil italien est accusé d'avoir acheté, il y a plusieurs années, un sénateur d'opposition pour la somme de trois millions d'euros.

L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a été renvoyé en justice mercredi par un magistrat de Naples pour une affaire de corruption dans laquelle il est accusé d'avoir acheté il y a plusieurs années un sénateur d'opposition, ont révélé mercredi plusieurs médias italiens, dont Il Corriere della sera et La Stampa.

La première audience de ce procès aura lieu le 11 février prochain.

L'affaire remonte aux élections législatives de 2006, remportées de justesse par la coalition hétéroclite de gauche dirigée par Romano Prodi qui n'avait que quelques voix de plus que Silvio Berlusconi au Sénat.

Trois millions d'euros pour changer de camp

Quelques mois à peine après les élections, Sergio De Gregorio, l'un des sénateurs élu dans l'un des partis de la coalition de Romano Prodi, quitte son camp et passe avec armes et bagages chez Silvio Berlusconi. Rendant encore plus fragile la majorité qui soutenait Prodi, il a accéléré la chute du gouvernement de gauche qui jeta l'éponge en 2008, moins de deux ans après le scrutin.

Selon le parquet, le Cavaliere a versé trois millions d'euros, dont deux en espèces, à Sergio De Gregorio pour le débaucher, et ce dernier l'a reconnu devant des magistrats et même dans la presse.

L'enquête est de la compétence du parquet de Naples car Sergio De Gregorio a été élu dans cette circonscription.

Un autre homme, Walter Lavitola, ex-associé de Sergio De Gregorio et proche du Cavaliere, a également été renvoyé en justice sous la même accusation.

Pour sa part, De Gregorio a été condamné mercredi à 20 mois de prison, dans le cadre d'un accord à l'amiable avec la justice, qui lui permet une réduction de peine en échange de la reconnaissance de sa culpabilité.

M.G. avec AFP