BFMTV

Ioulia Timochenko, en larmes, salue à Kiev "les héros de l'Ukraine"

Ioulia Timochenko s'exprimant face à la foule, place Maïdan à Kiev

Ioulia Timochenko s'exprimant face à la foule, place Maïdan à Kiev - -

L'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko, tout juste libérée de prison, a reçu samedi un accueil triomphal face à plus de 50.000 personnes rassemblées sur le Maïdan, place centrale de Kiev, à qui elle a demandé de poursuivre le combat.

L'opposante Ioulia Timochenko, en larmes et sur un fauteuil roulant, a salué "les héros de l'Ukraine", face à plus de 50.000 personnes rassemblées sur le Maïdan, place centrale de Kiev.

Alors que la foule scandait "Ioulia, Ioulia, Ioulia", elle lest apparue, sur une chaise roulante. Seuleument quelques heures après sa sortie de prison, Ioulia Timochenko a tenu un long discours place Maïdan, face aux Ukrainiens mais aussi aux caméras du monde entier. Retour sur le discours tant attendu de l'opposante au président Viktor Ianoukovitch, en quelques phrases.

> "Vous êtes les héros de la nation"

"Vous êtes des héros, vous êtes les meilleurs d'Ukraine!", a lancé Ioulia Timochenko, en larmes et assise sur un fauteuil roulant.

Le portrait de Ioulia Timochenko grand format figurait au centre du Maïdan, la place de l'Indépendance à Kiev, occupée depuis trois mois jour et nuit par des manifestants hostiles au président Ianoukovitch.

> "C'est une autre Ukraine, l'Ukraine des hommes libres"

"Je n'ai pas reconnu Kiev, avec les voitures brûlées, les barricades, mais c'est une autre Ukraine, l'Ukraine des hommes libres", a-t-elle affirmé, quelques heures après la destitution par le Parlement du président Viktor Ianoukovitch.

"Si quelqu'un vous dit que c'est terminé et que vous pouvez rentrer chez vous, n'en croyez pas un mot, vous devez finir le travail", a-t-elle demandé a la foule réunie place Maïdan.

> Pour une "grande sévérité" envers les responsables des violences

"Quand les snipers ont visé les cœurs nos gars, ils ont visé le cœur de chacun de nous et cette balle nous allons le porter pour toujours dans nos corps. Tous ceux qui ont organisé ça, s'ils peuvent fuir cette responsabilité criminelle si on pardonne ne serait-ce qu'à celui qui a tiré une balle dans le cœur de nos héros: nous ne pouvons pas rester ici", a déclaré Ioulia Timochenko.

"Si ceux qui ont tué et ceux qui en ont donné l'ordre ne sont pas punis avec la plus grande sévérité, cela sera une honte éternelle", a ajouté Ioulia Timochenko. Près de 80 personnes sont mortes à Kiev entre mardi et jeudi dans les affrontements entre manifestants et policiers, qui ont tiré à balles réelles.

M. P. avec AFP I vidéo: Camille Bourleaud