BFMTV

Catalogne: Madrid confirme qu'une suspension de l'autonomie est sur la table

Mariano Rajoy, le 11 octobre 2017

Mariano Rajoy, le 11 octobre 2017 - STRINGER / AFP

Le président de l'Espagne fixe un ultime délai, jeudi matin, pour que le président séparatiste de la Catalogne s'exprime clairement sur la déclaration d'indépendance de la région.

La vice-présidente du gouvernement espagnol a confirmé ce mercredi que Madrid cherchera à suspendre tout ou partie de l'autonomie de la Catalogne si ses dirigeants séparatistes ne renoncent pas à déclarer l'indépendance, à 24 heures du délai fixé en ce sens.

"La seule chose que je demande à Carles Puigdemont est qu'il agisse avec bon sens et équilibre", avait auparavant déclaré le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy, lors de la même session parlementaire.

La mise en oeuvre de l''article 155 complexe

Jusque-là, le gouvernement avait laissé entendre que l'option de la suspension d'autonomie n'était pas la seule sur la table, envisageant d'autres scénarios, notamment parce que la mise en oeuvre de l'article 155 est complexe.

L'article 155, qui ne peut être déclenché que par une majorité absolue de sénateurs, permettrait donc au gouvernement central de prendre le contrôle direct de tout ou partie des compétences déléguées: la police, les finances, l'éducation, etc.

Un ultime délai fixé à jeudi

Mariano Rajoy avait déjà suggéré qu'en cas de déclaration d'indépendance, qu'elle soit immédiate ou différée, le gouvernement pourrait suspendre l'autonomie de la région. Madrid a donné un ultime délai, jusqu'à jeudi 10h00 au président séparatiste de Catalogne pour qu'il revienne à la légalité, après son refus de dire clairement lundi s'il écartait une déclaration unilatérale d'indépendance.

S.Z avec AFP