BFMTV

Coronavirus: en Allemagne, le nombre de nouveaux cas au plus haut depuis fin avril

Angela Merkel a rappelé que cette augmentation constituait une "évolution qui ne devrait pas se poursuivre mais que nous devrions au contraire juguler". (illustration)

Angela Merkel a rappelé que cette augmentation constituait une "évolution qui ne devrait pas se poursuivre mais que nous devrions au contraire juguler". (illustration) - FRANCOIS LENOIR © 2019 AFP

Cette hausse du nombre de nouveaux cas pourrait être dûe au retour des touristes allemands de l'étranger.

L'Allemagne a enregistré au cours des dernières 24 heures 1707 nouveaux cas d'infection au coronavirus, selon des chiffres officiels publiés ce jeudi. Le pays retrouve ainsi les niveaux de fin avril, une période alors encore considérée comme le pic de la pandémie. Le record pour le pays s'établit à un peu plus de 6000 cas en 24 heures début avril.

Dans le même temps, l'Allemagne a enregistré dix nouveaux décès liés à la pandémie au cours des dernières 24 heures, portant leur nombre total à 9253.

Des statistiques inquiétantes

Ces statistiques de l'institut de veille épidémiologique RKI, qui portent à 228.621 le nombre total de cas depuis le début de la pandémie, confirment un peu plus la recrudescence des contaminations observée dans le pays ces dernières semaines.

Toutefois, jusqu'ici le nombre de nouveaux cas quotidiens restait comparable à ceux enregistrés durant le mois de mai, qui avait vu un début de reflux de l'épidémie.

"Le doublement des (nouveaux) cas" observés en moyenne chaque jour "dans toute l'Allemagne ces trois dernières semaines" constitue une "évolution qui ne devrait pas se poursuivre mais que nous devrions au contraire juguler", a ainsi prévenu la chancelière Angela Merkel.

Le problème du retour des touristes

Les autorités multiplient les mises en garde face à la remontée des cas de contaminations, liées en grande partie au retour de nombreux touristes allemands de l'étranger.

Cette situation a conduit le gouvernement à déclarer pratiquement toute l'Espagne et une partie des Balkans, des zones prisées des vacanciers allemands, comme zones à risque et à imposer tests et quarantaines au retour.

Mais dans le même temps, certains experts font valoir que la forte hausse du nombre de tests pratiqués dans le pays contribue à expliquer la progression des cas d'infection.

Par MH avec AFP