BFMTV

Etats-Unis: pourquoi les Afro-Américains sont lourdement touchés par le coronavirus

Un centre de dépistage au Brooklyn Hospital Center à New York.

Un centre de dépistage au Brooklyn Hospital Center à New York. - AFP

La population afro-américaine est lourdement touchée par l'épidémie de coronavirus aux Etats-Unis. En cause: plus de précarité et une exposition importante au virus.

C'est un constat désormais établi dans les plus hautes sphères du gouvernement américain. En l'absence de données officielles et centralisées, Donald Trump a reconnu en début de semaine que les Afro-Américains était plus sévèrement touchés par l'épidémie de coronavirus, et que ce phénomène constituait un "énorme défi" pour le pays.

"Nous voulons trouver la raison", a insisté le président américain, ajoutant que des données nationales sur la race et les cas de coronavirus devraient être disponibles cette semaine.

Des premiers chiffres ont d'ores et déjà été publiés, par certains Etats ou certaines villes, et confirment la situation. La Louisiane, au sud-est des Etats-Unis, a été le premier État du sud à classer les décès de Covid-19 par race, rappelle The Guardian. Lundi, le gouverneur John Bel Edwards a annoncé que 70% des décès concernaient des Afro-Américains, alors qu'ils ne représentent que 33% de la population de l'État. L'épidémie a été particulièrement meurtrière à la Nouvelle-Orléans.

Surmortalité des Afro-Américains

La situation semble identique dans le reste du pays. A Chicago, 72% des décès liés au coronavirus sont des personnes afro-américaines, alors qu'elles représentent 30% de la population. Des disparités qui "coupent le souffle", a dit la maire de la ville, Lori Lightfoot. Les Afro-Américains sont 14% dans l'Etat du Michigan, au nord-est du pays, mais représentent 40% des morts. Mercredi le maire de New-York, Bill de Blasio a confirmé cet état en indiquant que le coronavirus touche davantage la population afro-américaine et hispanique de manière disproportionnée par rapport à leur part dans la population globale de la ville.

"Nous sommes donc très préoccupés par cela. C'est très triste. Il n'y a rien que nous puissions faire pour le moment, sauf pour leur donner les meilleurs soins possibles pour éviter les complications", a fait savoir Anthony Fauci, le directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses aux Etats-Unis.

Cette surmortalité parmi la population noire aux Etats-Unis serait liée à deux facteurs. Les Afro-américains sont plus touchés par des maladies, comme le diabète (115 millions d’Américains souffrent de diabète ou de prédiabète), qui peuvent être des facteurs de co-morbidité c'est-à-dire des facteurs aggravants du covid-19.

"Les personnes souffrant d'affections sous-jacentes sont plus touchées par Covid-19, et aux États-Unis, les personnes noires sont plus susceptibles d'avoir des problèmes de santé sous-jacents comme le diabète, les maladies cardiaques et les maladies pulmonaires", estime le docteur Jerome Adams, l'équivalent du docteur Jérôme Salomon en France, sur CNN.

Moins d'accès aux soins

Les Etats-Unis font face à une importante disparité dans l'accès aux soins. 27,5 millions d'Américains, soit 9% de la population, n'ont pas de couverture et ne bénéficient donc d'aucun remboursement de frais de santé. Et parmi ce chiffre de nombreux Afro-Américains. 

"Les barrières d'accès auxquelles sont confrontées les personnes non assurées signifient qu'elles sont moins susceptibles de recevoir des soins préventifs, sont plus susceptibles d'être hospitalisées pour des conditions qui auraient pu être évitées, et sont plus susceptibles de mourir à l'hôpital que celles avec assurance", indique un rapport de 2015 de la Commission Kaiser sur Medicaid.

"Malheureusement, nous savons qu'il existe une importante disparité en matière de santé raciale dans l'État", a pour sa part rappelé le Dr. Alex Billioux, du Bureau de santé publique de Louisiane cité par USA Today.

Des Afro-Américains moins protégés, plus touchés par la précarité mais aussi qui exercent des professions où ils sont davantage en contact avec le reste de la population. Les travailleurs noirs sont "beaucoup moins susceptibles" de pouvoir travailler à domicile, a déclaré Heidi Shierholz, économiste principale et directrice des politiques à l'Economic Policy Institute de Washington citée par CNN. L'économiste en chef au ministère du Travail de 2014 à 2017 note qu'il y a une forte concentration de travailleurs noirs dans les emplois du secteur des services.

Un confinement difficile

Le cas de Jason Hargrove est particulièrement représentatif. Ce chauffeur de bus de Detroit est devenu l'un des visages du coronavirus aux Etats-Unis après avoir publié une vidéo sur Facebook dans laquelle il racontait avoir pris à bord de son véhicule une femme qui toussait sans se couvrir le visage. L'homme est mort quelques jours plus tard. A cette difficile mise en place de la distanciation sociale d'un point de vue professionnel s'ajoute un confinement compliqué à respecter pour la population noire.

"Beaucoup d'Américains noirs et d'autres communautés de couleur n'ont pas le privilège de pouvoir se confiner à la maison", ont rappelé des centaines de médecins et l'organisation de défense des minorités Lawyers' Committee for Civil Rights Under Law, dans une lettre adressée au secrétaire américain à la Santé citée par l'AFP.
Justine Chevalier