BFMTV

Des armes chimiques ont été retrouvées en Irak, mais ce ne sont pas celles recherchées par Bush

Des soldats américains ont découvert 5.000 armes chimiques en Irak entre 2004 et 2011 (photo d'illustration).

Des soldats américains ont découvert 5.000 armes chimiques en Irak entre 2004 et 2011 (photo d'illustration). - Mauricio Lima - AFP

La recherche d'armes de destruction massive en Irak n'avait pas été fructueuse en 2003. Plus de dix ans plus tard, une enquête du New York Times révèle que des armes chimiques avaient été découvertes. Mais elles n'avaient pas été fabriquées à l'initiative de Saddam Hussein.

Irak. 2003. Les soldats de l’administration Bush envahissent l’Irak. Objectif: trouver des armes de destruction massive, dissimulées par Saddam Hussein. Mais c’est une toute autre découverte que les soldats américains feront dans le désert irakien. Et tous n'en sortiront pas indemnes.

Entre 2004 et 2011, les troupes américaines ont découvert près de 5.000 armes chimiques vétustes, reliquats de la première guerre du Golfe. Rien à voir donc avec les armes de destruction massive recherchées si activement par le président des Etats-Unis George W. Bush et dont Colin Powell avait si fermement défendu l’existence au conseil de sécurité de l’ONU, photos et échantillons à l’appui.

Un secret bien gardé

L’information révélée mardi par le New York Times avait été gardée secrète par le Pentagone, malgré l’état de santé alarmant de certains soldats. Selon le quotidien américain, même le Congrès n’aurait été que partiellement informé.

Au total, 17 soldats américains et sept Irakiens auraient été exposés aux substances toxiques de ces armes, qui contenaient notamment du gaz moutarde et du gaz sarin. Ne sachant pas qu’il s’agissait d’armes chimiques, ils n’ont pas pris les précautions nécessaires lors de leur découverte. A leur retour, les Américains n’ont bénéficié d’aucun suivi médical, malgré leurs brûlures, et des problèmes neurologiques.

Des armes fabriquées par les Etats-Unis et l'Europe

Selon les documents et témoignages recueillis par le New York Times, la découverte de ces armes représentait un nouvel échec pour l’ex-président des Etats-Unis. Mais la véritable raison pour laquelle l’administration Bush a tu cet incident serait due à son implication dans la fabrication des armes.

“Dans cinq des six explosions au cours desquelles les soldats ont été blessés par des produits chimiques, les munitions avait été conçues aux Etats-Unis, fabriquées en Europe et remplies de produits chimiques sur les lignes de productions irakiennes, par des sociétés occidentales”, précise le New York Times.

Près de 2.500 armes comme celles-ci se trouveraient toujours sur le territoire irakien, notamment dans une zone contrôlée depuis juin par Daesh.

A. Dt.