BFMTV

Coronavirus: les manifestations anti-confinement se multiplient aux États-Unis

Depuis maintenant plusieurs jours, les manifestations demandant un retour à la normale se multiplient à travers le pays, dans ce qui ressemble de plus en plus à un règlement de compte politique.

Ils ne supportent plus le confinement et le font savoir dans la rue. Depuis maintenant plusieurs jours, certains Américains manifestent contre les mesures de distanciation sociale, qui ont pour le moment vocation à rester en place jusqu'au 30 avril prochain. Ces derniers agissent, pour la plupart, en soutien de Donald Trump, pour qui il est temps de faire "redémarrer l'Amérique."

Soutiens de Trump 

Ainsi, dans plusieurs points du pays, plusieurs dizaines d'opposants aux mesures de quarantaine se sont réunis. Ce fut par exemple le cas jeudi devant le Capitole de Richmond, siège du gouvernement de l'Etat de Virginie.

Ils protestaient contre la prolongation jusqu'au 8 mai d'un décret d'urgence sanitaire qui a fermé de nombreux commerces et interdit les rassemblements de plus de dix personnes, pour freiner l'épidémie de coronavirus.

Dans un reportage de CNN, les journalistes présents sur place ont fait état de plusieurs centaines de manifestants dont certains brandissaient des pancartes "End the lockdown" ("Mettez fin à la quarantaine"). Ils étaient également nombreux à montrer des écriteaux de soutien à Donald Trump et à son vice-président, Mike Pence.

Une précision qui a son importance et qui surtout, aide à situer des manifestants sur l'échiquier politique. Selon un second reportage, cette fois-ci du Washington Post, ces derniers seraient en réalité issus de la droite conservatrice américaine, et de fervents soutiens du président actuel. 

Des événements, s'ils ne sont pas encouragés par les autorités, sont pour le moins attisés par plusieurs personnalités politiques dont le sénateur du Texas, Ted Cruz, qui récemment, a affirmé qu'il irait probablement à la plage ce week-end, rappelle encore le média américain.

Des manifestants à Richmond, en Virginie
Des manifestants à Richmond, en Virginie © RYAN M. KELLY / AFP

"Opération escargot" 

Et les exemples de contestations se multiplient. La veille, près de 3000 personnes avaient manifesté en voiture à Lansing, la capitale de l'Etat du Michigan, défiant le décret de confinement émis par la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer.

L'opération escargot ("Opération Gridlock, en version originale), organisée par une coalition de groupes conservateurs baptisée "Les habitants du Michigan contre la quarantaine excessive", a provoqué un embouteillage dans le centre-ville.

Plusieurs centaines de personnes se sont ensuite rassemblées devant le siège du gouvernement local, arborant de nouveau des pancartes "Mettez fin au confinement", "Nous voulons travailler" ou "Vivre libre ou mourir".

Des groupes portant armes automatiques et gilets pare-balles étaient mêlés aux familles venues protester contre les mesures jugées trop restrictives mises en place jusqu'au 30 avril.

Ils fustigeaient notamment la fermeture des commerces considérés comme "non-essentiels", qui ont plongé propriétaires et salariés de ces magasins dans la crise.

Des manifestants à Lansing, dans le Michigan
Des manifestants à Lansing, dans le Michigan © Elaine Cromie / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

"Risques de propager le Covid-19"

La gronde populaire pourrait bien avoir des répercussions judiciaires. Ainsi, deux plaintes ont été déposées contre la gouverneure, au motif que son décret violerait la Constitution.

"On peut être en colère", a commenté jeudi sur CNN la démocrate. "Si ça vous fait du bien de diriger ça contre moi, ça me va", a-t-elle ajouté à l'adresse des manifestants.

Elle a assuré comprendre ceux qui "deviennent un peu fous en restant à la maison" et qui s'inquiètent "pour leur travail ou comment payer les factures".

"Le malheur, c'est qu'en étant dehors ils ont plus de risques de propager le Covid-19", qui a fait 1900 morts dans cet Etat industriel, l'un des bilans les plus lourds dans le pays, a-t-elle rappelé.

La gestion de la crise par Gretchen Whitmer est pourtant saluée par une majorité des habitants du Michigan, un Etat remporté de justesse par Donald Trump en 2016.

Nouvelles manifestations à venir

Ailleurs dans le pays, des manifestations pour mettre fin au confinement ont eu lieu ces derniers jours en Caroline du Sud, dans le Kentucky ou dans l'Ohio. D'autres rassemblements sont prévus samedi à Concord dans le New Hampshire, et à Austin au Texas.

Hugo Septier avec AFP