BFMTV
International

Chili: la justice condamne l'église à indemniser des victimes d'agressions sexuelles

Fernando Karadima.

Fernando Karadima. - Vladimir RODAS / AFP

Ce mercredi, la justice chilienne a condamné l'Eglise catholique à payer l'équivalent de 130.000 euros à chacune des trois victimes du prêtre Fernando Karadima qui ont porté plainte contre elle. Celui-ci, auteur d'agressions sexuelles sur mineurs, n'exerce plus de fonction sacerdotale mais l'Eglise catholique est accusée de l'avoir couvert.

La justice chilienne a condamné mercredi l'Eglise chilienne à indemniser des victimes du prêtre Fernando Karadima, accusé d'agressions sexuelles multiples sur des mineurs et au centre du scandale qui secoue l'institution catholique de ce pays. "Affaire Karadima: la cour de Santiago accepte la plainte contre l'église catholique et ordonne le paiement de 100 millions de pesos chiliens (soit quelque 130.000 euros) à chacun des plaignants", que sont Juan Carlos Cruz, José Andrés Murillo et James Hamilton, a annoncé la justice chilienne sur Twitter.

Un ancien formateur de prêtres 

Ces victimes accusent l'Eglise chilienne d'avoir couvert les agissements du vieux prêtre. L'octogénaire Fernando Karadima, un ancien formateur charismatique de prêtres, a été reconnu coupable en 2011 par un tribunal du Vatican d'avoir commis des actes pédophiles dans les années 1980 et 1990. Il a été contraint de se retirer pour une vie de pénitence.

Le Chili est agité depuis plusieurs mois par une série de scandales de pédophilie au sein de son Eglise, dans la foulée de la visite très controversée du pape François en janvier 2018. Il avait ensuite été accusé de ne pas avoir pris la mesure de ces affaires. Dernier épisode en date: samedi, le pape a accepté la démission de l'archevêque de Santiago du Chili, le cardinal Ricardo Ezzati, 77 ans, accusé d'avoir couvert des prêtres pédophiles. Monseigneur Ezzati avait présenté sa démission en mai 2018, comme l'ensemble des 34 évêques chiliens à la suite d'une série de scandales d'abus sexuels. Jusqu'à présent, le pape avait accepté sept de ces démissions.

Robin Verner avec AFP