BFMTV
International

Caravane de migrants: 2.000 personnes supplémentaires remontent vers les Etats-Unis

Une première caravane de 4.000 migrants a déjà rejoint l'Etat d'Oaxaca, au sud du Mexique.

Une première caravane de 4.000 migrants a déjà rejoint l'Etat d'Oaxaca, au sud du Mexique. - Pedro Pardo - AFP

Un second convoi s'est organisé, regroupant 2.000 migrants honduriens. Ils continuent leur route vers les Etats-Unis, après avoir franchi le fleuve séparant le Guatemala du Mexique.

Une nouvelle caravane de migrants, pour la plupart honduriens, est arrivée ce mardi à Tapachula, dans le sud du Mexique. 2.000 personnes y ont passé la nuit après avoir parcouru 25 kilomètres. Ils avaient franchi en masse lundi le fleuve Suchiate après avoir été repoussés par les forces de l'ordre mexicaines sur le pont frontalier, où des heurts ont eu lieu, faisant un mort.

Ces migrants fuient la violence et la misère dans leur pays. Comme ceux de l'autre caravane, ils ont rejeté le plan d'aide du président mexicain leur offrant une couverture médicale, de l'éducation pour leurs enfants et du travail temporaire à condition qu'ils s'arrêtent et déposent des demandes d'asile dans les Etats du Chiapas et d'Oaxaca. Ils préfèrent poursuivre leur route vers les Etats-Unis. 

4.000 migrants déjà arrivés à Juchitan

La première caravane, qui rassemble environ 4.000 personnes selon l'ONG Pueblos sin Fronteras, est arrivée ce mardi dans la localité de Juchitan, dans l'Etat d'Oaxaca, au sud du Mexique. Les migrants passent la nuit sous des tentes dans un dépôt d'autobus désaffecté où sont toujours visibles les traces du séisme de magnitude 8,2 qui a ravagé la ville le 7 septembre 2017.

Ces Honduriens et les défenseurs des droits de l'homme mexicains qui accompagnent la caravane ont exigé que des autobus soient mis à leur disposition pour gagner Mexico, située à 730 kilomètres, où ils veulent déposer des demandes de permis transitoire avant de reprendre leur route vers les Etats-Unis. Pour l'heure, leur demande n'a pas été entendue.

"S'ils n'obtiennent pas l'asile, ils s'en vont"

Craignant une "invasion" de son pays par ces migrants centraméricains, le président Donald Trump va déployer plus de 5.200 soldats à la frontière américano-mexicaine, qui s'ajouteront aux quelque 2.100 membres de la Garde nationale déjà mobilisés.

"S'ils demandent l'asile, nous allons les retenir jusqu'à ce que leur cas soit examiné". Et d'ajouter: "Nous n'allons pas construire des structures et dépenser des centaines de millions de dollars, nous allons mettre des tentes, elles seront très bien, et ils (les migrants) devront attendre, et s'ils n'obtiennent pas l'asile, ils s'en vont", a insisté le président américain.

A.L. avec AFP