BFMTV

Breivik revendique "l'attaque la plus spectaculaire" depuis 1945

Anders Behring Breivik s'est vanté mardi d'avoir mené l'attaque "la plus spectaculaire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale", au deuxième jour de son procès pour le meurtre de 77 personnes le 22 juillet 2011. /Photo prise le 17 avril 2012/REUTERS/H

Anders Behring Breivik s'est vanté mardi d'avoir mené l'attaque "la plus spectaculaire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale", au deuxième jour de son procès pour le meurtre de 77 personnes le 22 juillet 2011. /Photo prise le 17 avril 2012/REUTERS/H - -

Anders Behring Breivik s'est vanté ce mardi d'avoir mené l'attaque "la plus spectaculaire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale", au deuxième jour de son procès pour le meurtre de 77 personnes le 22 juillet 2011.

Ce mardi, au deuxième jour de son procès pour le meurtre de 77 personnes le 22 juillet 2011, Anders Behring Breivik a déclaré : "J'ai mené l'attaque politique la plus sophistiquée et la plus spectaculaire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale", a déclaré l'extrémiste de droite qui avait été autorisé par le tribunal d'Oslo à lire un texte préparé à l'avance.
Agé de 33 ans, Breivik a plaidé non coupable lundi à l'ouverture de son procès, estimant avoir agi en état de légitime défense contre le "multiculturalisme". Il a revendiqué un attentat à la voiture piégée qui a fait huit morts et le massacre méthodique de 69 jeunes gens réunis en camp d'été des jeunesses travaillistes sur la petite île d'Utoya, au nord de la capitale norvégienne. Le tribunal a révoqué mardi un des trois juges issus de la société civile qui assistent les deux magistrats professionnels en raison de doutes sur son impartialité. Après la tuerie, ce dernier avait écrit sur le réseau social Facebook que "la peine de mort est la seule solution juste dans cette affaire".
La peine maximale d'emprisonnement en Norvège est fixée à 21 ans. Le droit norvégien permet cependant de prolonger une peine sans limitations si un risque de récidive est avéré.

La Rédaction, avec Reuters