BFMTV

Australie: une adolescente harcelée se suicide, son père invite ses persécuteurs à son enterrement

Amy Everett en 2010 dans une publicité pour la marque Akubra Hats.

Amy Everett en 2010 dans une publicité pour la marque Akubra Hats. - Capture d'écran Facebook 'une publication d'Akubra Hats.

Harcelée des jours durant par des camarades de classe, une Australienne de 14 ans, Amy Everett, a préféré mettre fin à ses jours. ce vendredi, sa famille et ses proches lui rendaient un dernier hommage. Il y a quelques jours, le père de la jeune fille invitait ses harceleurs à venir aux obsèques pour voir de leurs propres yeux "la dévastation" dont ils étaient "à l'origine".

Amy Everett n'avait que quatorze ans lorsqu'elle a mis fin à ses jours, fatiguée d'être le souffre-douleurs de ses camarades de classe. Le 3 janvier dernier, on la retrouvait morte à Katherine, en Australie, où elle habitait, après qu'elle a été la cible de brimades sur internet pendant les vacances de Noël. Comme le retranscrit Paris Match sur son site internet, ses proches se sont réunis vendredi, habillés dans le bleu ciel que l'adolescente préférait parmi toutes les couleurs, afin de lui rendre un dernier hommage.

Lors de cette cérémonie, Tick Everett, le père de la jeune fille, surnommée "Dolly" ou "Doll", qui a choisi de se suicider, a décrite celle-ci comme une personne "gentille, douce et aimante". Faisant allusion au fléau du harcèlement scolaire, il a posé: "Nous ne voulons pas qu'une autre famille vive l'enfer que nous sommes en train de vivre". 

"Venez contempler la totale dévastation dont vous êtes à l'origine"

Ce n'était pas la première fois que Tick Everett prenait publiquement la parole et évoquait la tragédie qui a entouré la fin de son enfant. Dimanche dernier sur Facebook, il écrivait: "Si nous pouvons sauver des vies précieuses et épargner cette souffrance à tant de gens, la vie de Doll n’aura pas été vaine. Je sais que certains tiennent le suicide pour une lâcheté mais je vous garantis que les gens qui pensent ainsi n’auraient pas eu la moitié de la force dont a fait preuve mon petit ange". Il a poursuivi: "Doll a eu la force de faire ce qu’elle croyait devoir faire pour fuir le mal à l’œuvre dans ce monde. Toutefois, Dolly ne saura jamais, hélas, l’immense peine et le vide qu’elle laisse derrière elle."

Tick Everett, dans ce même texte, a lancé une invitation poignante: "Si, par hasard, ceux qui se sont crus drôles et se sont servis d’une persécution constante et d’un harcèlement permanent pour se sentir supérieurs lisent cette publication, venez, je vous en prie, assister aux funérailles pour contempler la totale dévastation dont vous êtes à l’origine."

Robin Verner