BFMTV

Attaque au couteau à Londres: l'assaillant a agi seul, selon les enquêteurs

La police britannique tente de vérifier si l'assaillant a réellement répondu à un appel de Daesh, comme le revendique l'organisation terroriste. Les enquêteurs assurent par ailleurs que le jour de l'attaque, l'homme de 28 ans a agi seul.

"L'auteur de l'attaque menée hier à Londres fait partie des combattants de Daesh." Par le biais de son agence de propagande Amaq, l'organisation terroriste a revendiqué ce samedi l'attaque au couteau qui a fait deux morts et trois blessés vendredi, dans le centre de la capitale britannique. L'assaillant, âgé de 28 ans, aurait ainsi répondu "aux appels à cibler les habitants des pays de la coalition internationale" qui combat en Syrie et en Irak les soldats du califat.

Forts de cette annonce, les enquêteurs doivent désormais déterminer s'il s'agit d'une revendication d'opportunité ou si l'assaillant a réellement bénéficié de l'appui de Daesh pour réaliser cette attaque menée à l'intérieur du Fishmongers' Hall, un bâtiment à l'extrémité nord du London Bridge où se tenait une conférence sur la réhabilitation des prisonniers.

Influence des groupes islamistes pakistanais

La Metropolitan police sait d'ores et déjà que l'assaillant - abattu vendredi par les forces de l'ordre - avait été condamné en 2012 à 16 années de prison, dont huit ferme, pour avoir fomenté un attentat déjoué contre la bourse de Londres. Il avait finalement obtenu une libération conditionnelle au bout de six ans de prison et portait un bracelet électronique

Mais "en 2012, quand il a été condamné pour ces faits, Daesh n'existait pas encore", souligne ce samedi soir sur le plateau de BFMTV Régis Le Sommier, directeur adjoint de la rédaction de Paris Match.

En effet, le jeune homme issu de la région du Cachemire et ancien élève d'Anjem Choudary - l'un des prédicateurs du "Londonistan", un réseau islamiste - s'est radicalisé sous l'influence des groupes islamistes pakistanais. "Il projetait de faire des camps d'entraînement terroristes dans son pays d'origine. Alors, est-ce durant son séjour en prison qu'il a rencontré des gens plus proches de Daesh? ", s'interroge Régis Le Sommier.

"En tout cas, ce qui est clair, c'est qu'il obéit à une idéologie qui s'en rapproche fortement et qui est de faire de jihad", avance-t-il.

S'il faut encore un peu de temps pour permettre aux enquêteurs de confirmer ou d'infirmer la revendication de Daesh, ceux-ci estiment en tout cas que le jour de l'attaque, l'assaillant a agi seul.

Action solitaire

"Pour l'heure, aucun élément ne permet de dire qu'une autre personne est impliquée dans cet attentat", a déclaré le chef de la police antiterroriste britannique, Neil Basu, lors d'une conférence de presse ce samedi.

"Nous poursuivons nos recherches afin d'écarter toute piste de complicité", a-t-il ajouté, précisant que la priorité est de s'assurer "qu'aucune menace ne pèse sur le public".

Ambre Lepoivre