BFMTV

Une université réputée de Singapour enquête sur des bizutages sexuels

L'Université nationale de Singapour

L'Université nationale de Singapour - Google Street View

L'Université nationale de Singapour a lancé une enquête après des révélations concernant des séances de bizutage à connotation sexuelle sur des étudiants, incluant des simulations de viol sur des jeunes femmes.

L'Université nationale de Singapour (NUS), considérée comme la meilleure de cette cité-Etat, a lancé une enquête après des révélations concernant des séances de bizutage à connotation sexuelle sur des étudiants, incluant des simulations de viol sur des jeunes femmes.

C'est le journal The New Paper qui a mis en lumière mardi 26 juillet l'existence d'activités à connotation sexuelle dans des camps d'intégration impliquant des centaines d'étudiants de la NUS. Il citait notamment le cas d'un de ces camps où deux étudiants nouvellement arrivés avaient dû simuler un viol entre un frère et sa jeune soeur.

Dans un communiqué publié jeudi 28 juillet, la NUS a promis de prendre des mesures disciplinaires fortes contre toute personne ayant eu "un comportement ou une activité qui porte atteinte à la dignité de l'individu" et le ministre de l'Education Ong Ye Kung a appelé à faire cesser ces pratiques.

"Forcer quelqu'un à simuler une scène de viol affecte non seulement les victimes réelles de tels sévices mais inflige aussi une humiliation pour les étudiantes", a-t-il écrit sur sa page Facebook.

la rédaction avec AFP