BFMTV

Chine: chantage à la sextape

Image d'illustration d'un objectif

Image d'illustration d'un objectif - -

Six personnes sont poursuivies pour avoir fait chanter des responsables gouvernementaux avec des vidéos de leurs ébats sexuels.

Les procureurs d'un tribunal de Chongqing, dans le centre de la Chine, ont annoncé mercredi avoir inculpé six personnes pour avoir fait chanter des responsables gouvernementaux en enregistrant des vidéos de leurs ébats sexuels, rapporte le site du parti communiste chinois People's daily.

Ces hommes sont poursuivis pour chantage, d'après un communiqué des autorités judiciaires de Chongqing. Ils doivent encore être jugés. Les enquêteurs ont indiqué que le groupe a "piégé des responsables pour qu'ils aient des relations sexuelles avec des femmes, et a enregistré secrètement leurs rendez-vous pour les faire chanter entre 2008 et 2009".

Pas une première

Mais une telle affaire n'est pas une première en Chine. En janvier 2013, alors qu'ils ne sont théoriquement pas autorisés à fréquenter des maîtresses, dix responsables gouvernementaux ont été impliqués dans des scandales similaires, puis renvoyés. 

Une vidéo montrant le chef du parti communiste d'un district en pleins ébats avec sa maîtresse a fait le tour du réseau social Weibo, l'équivalent de Twitter en Chine, provoquant un tollé chez les internautes.