BFMTV

l’hymne national canadien ne fera plus de distinction de genre

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, le 26 mai 2016 lors du sommet du G7 au Japon

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, le 26 mai 2016 lors du sommet du G7 au Japon - Stéphane de Sakutin - AFP

L'hymne national du Canada va promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes. Les députés ont voté mercredi la réécriture d'un seul mot de ce chant afin qu'il s'adresse aussi bien aux Canadiens qu'aux Canadiennes.

C'est un petit pas linguistique mais une grande avancée dans la lutte contre le sexisme. L'hymne national canadien ne fera plus de distinction entre les sexes. Les députés du Canada ont adopté à une très large majorité mercredi une proposition de loi visant à modifier certaines paroles accusées de promouvoir une dimension sexiste. "Ô Canada" ne sera bientôt plus uniquement réservé aux garçons.

"Un symbole pour l'égalité des sexes"

Un "symbole" qui reflète "les progrès" du pays sur l'égalité, a estimé le député Mauril Bélanger, qui souffre de la maladie de Charcot, à l'initiative du projet de loi. "Je pense que c'est un symbole très important de notre implication en faveur de l'égalité des sexes dans ce pays", a également commenté la ministre de la Condition féminine.

Quand le Sénat aura voté le texte, un mot de cet hymne entonné depuis 1939 sera donc modifié: "true patriot love in all thy sons command", soit en français "un véritable amour de la patrie anime tous tes fils", sera remplacé par "true patriot love in all of us command", pour "un véritable amour de la patrie nous anime tous".

Justin Trudeau "fier d'être féministe"

La révision de ce texte s'inscrit dans une politique plus générale de lutte contre toutes les discriminations encouragée par Justin Trudeau. Le Premier ministre canadien, qui se dit "fier d'être féministe", s'était illustré lors du dernier forum économique mondial de Davos, en janvier. Il avait défendu "le rôle des hommes de défendre et de réclamer un changement" pour lutter contre les discriminations de genre.

"Nous ne devrions pas avoir peur d’utiliser le mot féministe. Hommes et femmes devraient toujours l'employer pour se décrire à n'importe quel moment", avait-il déclaré.

Depuis son élection en octobre dernier, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a fait de l'égalité des sexes une de ses priorités. Son gouvernement de 30 membres est strictement paritaire. 

"Faire de la place à table"

Une prise de conscience qui semble partagée. Ted McMeekin, ministre des Affaires municipales et du logement en Ontario a remis sa démission début juin à la Première ministre de cette province canadienne afin de rendre son gouvernement plus paritaire. Le cabinet de cette région ne compte que 25% de femmes. Affirmant: 

"La meilleure façon pour un homme de faire progresser l'égalité est de faire de la place à table."

https://twitter.com/chussonnois Céline Hussonnois Journaliste BFMTV