BFMTV

Robots, capteurs, ces projets qui pourraient améliorer la qualité de l’air en Ile-de-France

Airparif a lancé mercredi Airlab, un incubateur d’entreprises qui travaillent au développement de solutions pour améliorer la qualité de l’air.

La qualité de l'air s'est améliorée ces dernières années, mais les Franciliens restent encore trop exposés à la pollution. Partant de ce constat, Airparif, qui scrute la qualité de l'air au quotidien en Ile-de-France a lancé mercredi Airlab, une structure pour valoriser et développer des projets cherchant à améliorer la qualité de l'air.

Airlab regroupe 11 partenaires, start-up, grandes entreprises ou collectivités, qui travaillent à des solutions innovantes pour mieux mesurer la pollution ou améliorer la qualité de l'air. L'objectif de ce regroupement est d'accélérer le développement de ces innovations alors que la pollution est devenu un enjeu de santé publique. 

Mieux informer pour changer les comportements

Six projets sont déjà en cours de développement et vont être prochainement expérimentés comme par exemple du mobilier urbain connecté qui mesure en temps réel la circulation. Des projets vont particulièrement oeuvrer à une meilleure information du public avec le développement d'applications pour smartphone.

"Airparif va ouvrir en octobre une API, une interface qui permet d'accéder directement aux données d'Airparif. Il y aura plus de 30 millions de données sur la qualité de l'air, heure par heure, en temps réel, qui seront à la disposition des Franciliens, des collectivités locales, des start-up, des PME, de tous ceux qui veulent informer sur la qualité de l'air", explique Pierre Pernaut, coordinateur d'Airlab.

"Avoir déjà cette information là permet de sensibiliser les personnes et de faire évoluer leurs comportements, pour qu'ils puissent améliorer la qualité de l'air que nous respirons", poursuit-il. 

D'autres projets seront progressivement intégrés à Airlab, développés par des start-up ce robot baptisé Diya One qui pourrait dans quelques années faire son entrée dans les foyers parisiens. L'air intérieur pouvant également être pollué, ce robot est capable d'aspirer l'air, et de le rejeter une fois filtré. 

C. B avec Florian Chevallay