BFMTV

Le désarroi des passagers d'un vol Paris-New York, dérouté vers Washington DC

Tableau d'affichage de l'aéroport John Fitzgerald Kennedy à New York.

Tableau d'affichage de l'aéroport John Fitzgerald Kennedy à New York. - Rebecca Butala How / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Un avion au départ de Paris dont l'arrivée est prévue à New York qu'on déroute vers Washington DC, en raison de la météo et de la fermeture des aéroports new yorkais. Des passagers ensuite livrés à eux-mêmes, dépourvus d'informations. C'est le récit qu'ont fait de leur voyage les usagers d'un vol reliant la capitale française et la côte est des Etats-Unis qui s'est déroulé jeudi.

La tempête qui a sévi jeudi dans les cieux de la côte est des Etats-Unis a poussé les autorités a fermé les aéroports new yorkais de Newark et de John Fitzgerald Kennedy. Une météo et une décision qui ont eu un grand impact sur le voyage de passagers qui cherchaient jeudi à rallier New York depuis la capitale française, et qui se sont sentis délaissés dans ces conditions difficiles par leur compagnie, XL Airways. Tout a commencé quand leur avion a pris son envol à Paris à 17h45, au lieu des 17h initialement prévues.

Les plateforme new yorkaises fermées, il a bien fallu trouver une autre solution, et, à 21h25, heure locale, l'appareil se posait sur le tarmac de l'aéroport de Washington DC. Pour ne rien arranger, des turbulences à l'arrivée ont rendu malades de nombreux passagers, une personne devant même alors être secourue par les pompiers. Après avoir attendu dans un avion, puis dans un bus, les usagers ont pu rejoindre le terminal à 23h, soit plus d'une heure et demi après l'atterrissage. 

Manque d'information

Et c'est là que le bât blesse vraiment pour les voyageurs. Nelson, l'un d'entre eux, interviewé par France Bleu, a déclaré ce vendredi: "L'intégralité des passagers ont été livrés à eux-mêmes, sans aucune aide de XL Airways par rapport à d'autres compagnies qui ont affrété des bus ou prévu des dispositifs pour permettre de retrouver ses bagages". La seule information obtenue est que les bagages seraient déchargés sur les coups de 8h le lendemain. Au total, les passagers ont passé 14 heures sans dormir. C'est d'ailleurs, l'aéroport qui s'est chargé de leur donner couvertures, oreillers et bouteilles d'eau. "L'aéroport est vraiment circonspect. Ils disent n'avoir jamais vu une compagnie abandonner ainsi ses passagers", a poursuivi Nelson. Alors même que la compagnie a dit aux voyageurs qu'ils auraient à prendre la route de New York par leurs propres moyens, c'est encore l'aéroport qui a affrèté les bus. 

XL Airways a réagi, comme l'indique France Bleu, démentant avoir abandonné à leur sort les passagers tout en confirmant avoir "invité" les gens à se rendre à New York "par leurs propres moyens", expliquant que les bagages seraient "acheminés vers New York ultérieurement". ""La situation était extrêmement complexe car l'aéroport de Washington DC, vers lequel tous les avions ont été déroutés, et qui était donc saturé, est un aéroport que notre compagnie ne dessert pas en temps normal, nous n'y avons donc pas de personnel", a justifié la compagnie. 

Robin Verner