BFM Business

Routiers, cheminots, enseignants, personnels hospitalier... Qui fait grève cette semaine?

Plusieurs syndicats ont appelé à manifester cette semaine. Première échéance au calendrier, un lundi de mobilisation pour les routiers, qui s'inquiètent notamment de leurs conditions de travail et de la réforme des retraites. Avant la grande journée nationale de mobilisation mardi, à l'appel de l'intersyndicale.

Lundi débutera le douzième jour de mobilisation contre la réforme des retraites du gouvernement. Les syndicats sont opposés au texte en son état actuel, même si les points de crispation divergent en fonction des organisations. Voici un état des lieux des différentes grèves prévues cette semaine.

> Manifestation mardi 17 décembre

Une grande journée nationale de mobilisation est prévue le 17 décembre. À l’origine de l’appel, l’intersyndicale composée de FO-CGT-FSU-Solidaires et de trois organisations de jeunesse (MNL, Unef et UNL). La CFTC et la CFDT, deux syndicats favorables à un régime universel de retraites par points mais opposés à l’âge d’équilibre, ont également appelé à se mobiliser le 17 décembre.

À Paris, la préfecture a demandé aux commerçants se trouvant sur le parcours du cortège de la place de la République à Nation de baisser le rideau le temps de la manifestation. 

Transports

> Les routiers: mobilisation lundi 16 décembre

Quatre syndicats de routiers ont appelé à faire grève lundi 16 décembre. Les transporteurs de marchandises, les chauffeurs de car, les déménageurs, les ambulanciers ou encore les transporteurs de fonds et logistique pourraient massivement se mobiliser pour défendre leur secteur, qui souffre d'une mauvaise réputation. 

"Des actions sous forme de rassemblements, de blocages ou autre, auront lieu dans toutes les régions de France", a annoncé dans un tract l’UFR-CFDT, premier syndicat de la branche.
Concernant la réforme des retraites, "les conducteurs routiers bénéficient d'un dispositif qui existe depuis 1996 et qui permet, sous certaines conditions, d'arrêter leur activité de manière anticipée, à partir de 57 ans", a rappelé Florence Berthelot, déléguée générale de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) au micro d'Europe 1. "Il est vrai que ce dispositif est impacté par l'âge légal de départ à la retraite mais pas par l'âge pivot." 

> La SNCF

La galère dans les transports va se poursuivre la semaine prochaine. Le mouvement social au sein de la SNCF est très suivi, notamment chez les personnels indispensables à la circulation des trains avec 66,8% de grévistes chez les conducteurs, près de 44,4% chez les contrôleurs et 19,9% chez les aiguilleurs. Lundi 16 décembre, il n'y aura pas d'amélioration notable sur le réseau SNCF avec en moyenne 1 TGV sur 3, 1 Transilien sur 4, 4 TER sur 10 1 train Intercités sur 6. 

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a assuré dimanche sur BFMTV qu'un arrêt de la grève des transports avant Noël était possible "si le gouvernement retire son projet" de réforme des retraites, "sinon, les grévistes décideront de ce qu'ils ont à faire jeudi ou vendredi".

> La RATP 

Le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et les opposants à la réforme des retraites. La RATP, dont les salariés sont particulièrement mobilisés depuis le début du mouvement a annoncé que le trafic des métros, RER, bus et tramways pour le lundi 16 décembre serait "similaire au vendredi 13 décembre".

Lors du meeting de la gauche à Saint-Denis, la CGT a en outre promis mardi prochain une mobilisation "plus importante que celle du 5" décembre dernier. 

Écoles

> Les enseignants 

Les enseignants protestent comme les cheminots contre la réforme des retraites. Les syndicats de la profession très mobilisés lors des deux précédentes journées de contestations estiment que Jean-Michel Blanquer entretient le "flou", dénoncent des compensations sans garanties et craignent une baisse de leurs pensions.

Les enseignants ont obtenu vendredi une garantie de revalorisation des salaires, pour environ 10 milliards d'euros sur plusieurs années, à partir du 1er janvier 2021. 

> Les personnels de crèche, de restauration scolaire et activités périscolaire 

Certaines villes ont annoncé dans la presse locale ou sur leur site internet que les crèches, les cantines scolaires et les temps d'accueil périscolaires seraient affectés par la grève la semaine prochaine. 

Autres secteurs 

> Justice 

Le Conseil national des barreaux a également appelé à la grève, à la fois sur les retraites et contre "l'indifférence du Premier et de son gouvernement, sourds à la colère exprimée par les avocats qui ont bâti un régime (de retraite) autonome vertueux et solidaire".

> Le personnel hospitalier 

Mardi 17 décembre, les membres du personnel hospitalier, déçus par le "plan d'urgence" présenté par le gouvernement en novembre, seront également en grève

Les médecins hospitaliers venus de "toutes spécialités, de tous hôpitaux, de toutes régions du collectif Inter-hôpitaux", écrivent dans la tribune qu'ils "ont eu beau sonner l'alarme, la rigueur est devenue austérité, puis l'austérité, pénurie." Ils regrettent que "le vrai ministère de la Santé soit désormais à Bercy" et appellent à la mobilisation le 17 décembre. Leur mobilisation risque toutefois d'être éclipsée par la journée d'action nationale contre la réforme des retraites.

Près de neuf mois après le début d'une grève inédite des internes dans les services d'urgences, les médecins en formation seront fortement mobilisés mardi, à en croire le président de l'Intersyndicale nationale des internes, Justin Breysse. 

> Les contrôleurs aériens

L'Union syndicale de l'Aviation civile-CGT appelle les contrôleurs aériens à suivre le mouvement mardi 17 décembre. Lundi soir, la direction générale de l'aviation civile (DGAC), annoncera si elle demande aux compagnies aériennes de réduire le nombre de vols sur la journée.

Les contrôleurs aériens, en grève depuis le jeudi 5 décembre contre le projet de réforme des retraites, avaient cessé le mouvement le 11 décembre au soir. 

> Les salariés de certaines raffineries

Sur les huit raffineries que compte le pays, quatre sont en grève depuis le 5 décembre et une cinquième pourrait rejoindre le mouvement. La Fédération CGT Industries Chimiques affirme que "le Gouvernement dispose d'une semaine pour annoncer le retrait de son projet et la relance de véritables négociations pour l'amélioration du système de retraite actuel". "Les salariés du privé et du public [...] doivent redoubler de mobilisation, démultiplier les appels à la grève dans toutes les entreprises et accroître encore le niveau des manifestations, pour être entendu", ont écrit les syndicalistes CGT dans un communiqué dimanche 15 dimanche. 

> Les pompiers 

Sept syndicats de pompiers professionnels ont repoussé leur préavis de grève à plusieurs reprises, le dernier en date court jusqu'au mardi 14 janvier 2020. Les revendications des pompiers sont restés les mêmes depuis le début du mouvement: la lutte contre les missions qui ne relèvent pas de l'urgence, une augmentation de la prime de feu (28% contre 19% du salaire de base) à hauteur des primes de risques des policiers et une protection contre les agressions dans les interventions. 

> Services Publics

Plusieurs syndicats de la Fonction Publique appellent les fonctionnaires à se mobiliser mardi 17 décembre à l'occasion de cette nouvelle journée de grève.

> Les salariés de Radio France 

Le mouvement social chez Radio France a été lancé le 25 novembre par les six syndicats du groupe public, mais la CGT a été le seul à déposer un préavis de grève reconductible. Objectif: obtenir le retrait du plan de restructuration du groupe qui prévoit 299 suppressions de postes dans l'entreprise, qui compte 4800 salariés. Le taux de mobilisation était de 25% au premier jour de grève et atteint maintenant 2-3% en moyenne, en dehors des journées de mouvement national sur les retraites. Malgré le faible taux de grévistes, les antennes du groupe sont très régulièrement perturbées.

Fin de la mobilisation pour les policiers

Quant aux policiers, ils ont suspendu le jeudi 12 décembre leur mouvement de protestation, après avoir été reçus le jour-même par le ministère de l’intérieur. Ils ont obtenu gain de cause. Tous les policiers continueront de bénéficier d’un régime spécifique et pas seulement ceux qui sont sur le terrain. 

Pauline Dumonteil et Romane Ganneval