BFM Business

Quel est le plan de la SNCF pour tenter de "sauver Noël"?

Les efforts de la SNCF se concentreront sur les TGV qui assurent des liaisons longue distance et les lignes les plus fréquentées. Les bouts de ligne et les trains prévus à la mi-journée pourraient être sacrifiés.

D’un côté, les syndicats qui veulent poursuivre la grève pendant les fêtes de Noël. De l’autre, l’exécutif et la CFDT qui appellent à une trêve. Et au milieu, les usagers qui s’inquiètent de savoir s’ils pourront ou non prendre le train pour rejoindre leurs familles. La SNCF espère que la moitié des voyageurs ayant acheté des billets pourront prendre le train. Soit un sur deux. 

La SNCF s’est donc fixée des priorités pour “sauver Noël”, révèle le Journal du Dimanche. Avec une première échéance le week-end du 20, 21 et 22 décembre. Pour faire circuler le plus de trains possible, l’entreprise économise ses ressources humaines. Plusieurs trains ont ainsi été annulés le week-end du 14 et 15 décembre afin de concentrer la présence des non-grévistes sur le premier week-end de Noël.

Les bouts de ligne sacrifiés 

Dans les prochains jours, les TGV dont le départ est prévu en heure creuse ou en milieu de journée devraient aussi être sacrifiés. Tout comme les bouts de ligne. L’offre est déjà réduite sur certains trajets comme Nice, Quimper ou Grenoble. Concrètement, un TGV qui est censé aller jusqu’à Dunkerque pourrait avoir son terminus avant, à Lille par exemple. 

En clair, la SNCF concentrera ses efforts sur les TGV qui assurent des liaisons longue distance et les lignes les plus fréquentées. L’entreprise parie aussi sur la chute du taux de grévistes au cours de la semaine. Le taux de grévistes était tombé de 55,6% le 5 décembre et de 13,3% au 13 décembre.

Tous les voyageurs qui partent le week-end du 21 et 22 décembre seront informés mardi sur les perturbations. Ceux qui ont des trains prévus pour les 24, 25 ou 26, il faudra patienter jusqu'au jeudi 19 décembre. 

Pauline Dumonteil