BFM DICI

Briançon : feu vert pour l'armement de la police municipale

Le conseil municipal de Briançon a adopté mercredi soir la délibération visant à armer la police municipale, malgré les critiques virulentes de l'opposition.

C'était une promesse de campagne de la liste menée par Arnaud Murgia (LR) lors des dernières élections municipales. Les policiers municipaux de Briançon pourront bientôt être armés.

"Je suis fier qu'on arrive au bout de cet engagement", s'est félicité le maire lors du vote de la délibération mercredi soir en conseil municipal.

Mais cette décision a été longtemps combattue par l'opposition. "Vous êtes maire, vous n'êtes pas préfet de police. Laissez faire l'état, laissez faire la police nationale", a taclé le conseiller municipal Thomas Schwarz.

Une délibération illégale selon l'opposition

Pour l'opposition, la police municipale n'a pas à réaliser le travail de la police nationale. La première doit rester dans son rôle de prévention, tandis que "la répression est exercée par la police nationale et la gendarmerie, qui je crois, ne le fait de façon ni molle, ni laxiste", a expliqué Elie Hamdani.

"Je ne pense pas qu'un chien ou une arme aide à la prévention des délits", a poursuivi le jeune conseiller municipal.

La délibération votée mercredi soir par le conseil municipal serait également illégale, selon l'opposition. Elle ne prévoit qu'un entraînement par an, alors que la loi récemment modifiée, en prévoit deux, ont-ils rappelé.

Un policier pour 1000 habitants

Une accusation balayée par Arnaud Murgia: l'état d'urgence sanitaire a ramené l'obligation à une séance par an, "nous serons donc dans notre bon droit", a affirmé l'élu.

Par ailleurs, le maire de Briançon souhaite toujours renforcer la sécurité dans la commune, notamment à l'approche de la réouverture des lieux fermés à cause la pandémie. Il s'est fixé l'objectif d'un policier pour 1000 habitants.

Loïc Bongeot