BFM DICI

Fort des Têtes de Briançon: le promoteur Ludovic Arnaud porte plainte pour escroquerie contre le maire

Ludovic Arnaud a annoncé mardi à BFM DICI son intention de porter plainte contre le maire Arnaud Murgia. Il attaque aussi en justice les trois anciens investisseurs avec qui il s'était associé pour le rachat du fort.

Nouveau rebondissement dans l’affaire du rachat du fort des Têtes à Briançon. Ludovic Arnaud, qui avait pour projet de transformer l'ancien fort militaire en hôtel cinq étoiles, commerces et logements, va porter plainte contre le maire de la ville et les trois anciens investisseurs avec qui il s'était associé.

"Je dépose plainte pour escroquerie, trafic d'influence, corruption, dénonciation calomnieuse et diffamation", a-t-il annoncé sur BFM DICI ce mardi. Une contre-attaque judiciaire dure et ciblée, alors que le directeur de Next Financial Partners est lui-même accusé d'escroquerie.

Un "complot"

"C'est (le maire Arnaud Murgia) qui est à l'initiative de toute la calomine et de toutes les diffimations portées contre moi, affirme Ludovic Arnaud. Il n'est pas seul, il a travaillé avec mon ancienne directrice de la communication, qui a participé à cette calomnie et cette diffamation".

Une plainte pour dénonciation calomnieuse a été déposée devant le procureur de la République de Gap contre les trois investisseurs avec lesquels Ludovic Arnaud s'était associé dans un premier temps. Le maire est pour sa part accusé d'escroquerie, trafic d'influence, corruption, diffamation et dénonciation calomnieuse.

"C'est un véritable complot qui a été mis en place. L'objectif, c'est de reprendre le projet du fort des Têtes sans en payer les droits", assure le promoteur.

Selon lui, il s'agissait surtout de laisser la place à une autre société d'investissement, elle aussi intéressée par le projet du Fort des Têtes.

"Pike Investment Partnership m'a fait des écrits en disant que, d'une part, c'était le mairie de Briançon qui les avait sollicité pour reprendre le projet. D'autre part, ils m'ont indiqué de façon très claire qu'ils étaient en relation avec mes architectes et qu'ils avaient fait une offre d'achat qui a été acceptée par la mairie de Briançon".

Plainte du maire de Briançon

Malgré cette bataille juridique, Ludovic Arnaud explique toujours vouloir investir après avoir été lavé des accusations dont il estime être victime aujourd'hui.

Face à ces accusations, le maire de la ville, Arnaud Murgia, a annoncé mardi soir son intention de porter plainte à son tour pour "dénonciation calomnieuse". Il a estimé, via un communiqué, que les "accusations répercutées dans la presse sont grotesques et floues".

"Cette plainte, à la supposer avérée, constitue à l’évidence une opération de communication, vouée à un cuisant échec. Elle décrédibilise encore un peu plus son auteur et s’avère préjudiciable à l’image de la ville", a-t-il ajouté, estimant ces "attaques choquantes, scandaleuses et vouées à le salir".

DROIT DE REPONSE DE CLELIA BENJAMIN:
Monsieur Ludovic ARNAUD m'a mise en cause dans le cadre d’un reportage intitulé "Fort des Têtes de Briançon: le promoteur Ludovic Arnaud porte plainte pour escroquerie contre le Maire" de Jérémie CAZIEUX avec Benjamin RIETH, publié sur le site internet de BFMTV.

Me désignant comme étant son ancienne directrice de la communication, il prétend que j'aurais participé à la calomnie et à la diffamation dont il se dit victime, aux côtés d’Arnaud MURGIA, le maire de Briançon, avec lequel j'aurais travaillé en "étroite collaboration".

Or je n'ai jamais participé à aucune calomnie ni à aucune diffamation à l'encontre de Monsieur Ludovic ARNAUD, n'ayant pour information été la Directrice de la Communication de la société NEXT FINANCIAL PARTNERS qu'il préside que du 7 janvier au 20 septembre 2019 et ce encore moins en collaboration avec Arnaud MURGIA, avec lequel je n'ai d'ailleurs aucun lien contractuel (ni avec la Mairie de Briançon d'ailleurs). Il n'y a aucun complot, comme le mentionne l'article, les investissements réalisés dans le cadre de l'opération du fort des têtes ayant déjà lieu à plusieurs contentieux. Je dénonce pour ma part ici les attaques susvisées portées à mon encontre et me réserve la possibilité d'agir en justice pour préserver mes droits.

Jérémie Cazieux avec Benjamin Rieth