BFM Auto

Retour au 90km/h: "chacun prendra ses responsabilités", avertit Edouard Philippe

En mettant en avant les bons résultats de la réforme des 80 km/h, le Premier ministre a placé les présidents de départements dans une position inconfortable: à eux d'assumer la responsabilité du relèvement de la vitesse et éventuellement du nombre de morts.

Qui osera relever les limitations de vitesse sur les routes passées à 80km/h? En reliant directement cette mesure très contestée aux bons chiffres de la sécurité routière en 2018, le Premier ministre Edouard Philippe a placé ce lundi matin les élus dans une position assez inconfortable. Ces derniers pourraient prochainement avoir à trancher la question du relèvement ou non de la limite de vitesse au cas par cas.

Depuis l'ouverture du grand débat, l'idée circule que les présidents de départements et les préfets pourraient prochainement aménager la mesure à certains endroits, voire à abaisser davantage la vitesse dans les zones les plus dangereuses. Une solution qui serait privilégiée par Emmanuel Macron. Mais dans ce contexte, Edouard Philippe a placé ce lundi matin les élus face à "leurs responsabilités" après avoir souligné que 116 vies avaient été épargnées sur les routes passées à 80km/h: 

"Moi ce qui m'importe c'est les résultats. Nous avons, grâce à une action collective, réussi à faire baisser de façon très significative les chiffres de la mortalité et de l'accidentalité sur la route. Tous ceux qui viendront faire des propositions pour maintenir ces bons résultats, pour même les améliorer, seront les bienvenus. Un grand débat est lancé, il donnera lieu à des propositions. (...) Chaque département, chaque président de conseil départemental sera informé des chiffres dans son département. Et puis ensuite chacun prendra ses responsabilités."

Un peu plus tôt, le chef du gouvernement avait également insisté sur le fait que la sécurité routière était l'affaire de tous:

"On oublie pas que la sécurité routière ce n'est pas le sujet des autres, c'est pas le destin qui viendrait s'écrouler sur vous, c'est quelque chose sur quoi on a la main, parce qu'on est tous responsables."

Pour l'éditorialiste politique de BFMTV, Laurent Neumann, Edouard Philippe réalise ainsi un joli coup politique:

"Vous imaginez la responsabilité politique qui demain incombera à ces présidents de conseils départementaux, qui demain pourront dire 'on revient à 90 km/h sur certaines routes et où demain il y aurait des accidents'? Vous imaginez la responsabilité vis-à-vis des électeurs, mais surtout vis-à-vis des familles? Le Premier ministre vient à la faveur de ces bons chiffres de faire un coup politique: il a bien entendu Emmanuel Macron qui dit "à l'issue du grand débat, on verra s'il pourrait y avoir des aménagements" et le Premier ministre dit "je vous attends avec vos aménagements, venez me dire où il faut revenir sur les 80km/h'. Politiquement, c'est pas mal joué."

Julien Bonnet