BFM Business

Renault va arrêter la Twingo

La Twingo 3 sera vraisemblablement la dernière Twingo.

La Twingo 3 sera vraisemblablement la dernière Twingo. - Miguel Medina - AFP

Luca De Meo confirme que l’actuelle génération de Twingo n’aura pas de descendante. Renault abandonne par conséquent le segment des petites citadines.

La troisième génération de la Twingo sera la dernière. Luca De Meo, le directeur général de Renault, le confirme.

Renault va abandonner le segment A [petites citadines, ndlr]. Ça devient très difficile de rentabiliser un modèle à essence de 3,60 mètres de long", indique-t-il dans Challenges.

C’est la mort dans l’âme que Luca De Meo est contraint de mettre fin à la Twingo de Renault. Surtout qu’il connait très bien le marché des petites voitures, lui qui est à l’origine du succès de la Fiat 500.

"On n’est pas capable de faire tout seul un tel modèle", avoue Luca De Meo

Si Renault abandonne le marché des petites voitures, c’est avant tout à cause de la fin du partenariat avec Daimler. La dernière Twingo est en effet construite avec le constructeur allemand dans l’usine slovène de Renault à Novo Mesto. Un partenariat qui permettait à la marque française de réduire les coûts de production en mutualisant avec les Smart de Daimler. 60% des composants en valeur sont communs entre la dernière Twingo et la Smart Fortwo et 75% entre la Renault et la Forfour allemande.

Mais il y a deux ans, Daimler a décidé d’y mettre fin. Il a choisi de signer avec le chinois Geely lui donnant plus facilement accès au premier marché automobile mondial. Se retrouvant seul pour absorber les coûts de production, Renault est obligé d’arrêter la Twingo. "On n’est pas capable de faire tout seul un tel modèle", avoue Luca De Meo

La Dacia Spring et la R5 électrique pour prendre le relais

A cela, s’ajoute les normes européennes en matière de CO2.

Je considère que c’est dommage d’abandonner ce type de véhicules, mais les petites voitures thermiques vont disparaître à cause des règles du jeu", explique le patron de Renault.

Avec la politique européenne de l’électrification du secteur automobile, les petites citadines à essence ne correspondent plus aux attentes. La Twingo devrait donc être remplacée par la nouvelle R5 électrique dévoilée lors de la présentation stratégique de Renault. Surtout que son prix devrait être proche de la version électrique de la Twingo. Luca De Meo souhaite que la R5 électrique soit commercialisée autour de 20.000 euros. Aujourd’hui la Twingo Electric se vend à partir de 21.350 euros. Au sein du groupe Renault, c’est Dacia qui devrait véritablement reprendre le flambeau de la Twingo avec la Spring. Conçu en Chine, ce SUV urbain ne dépassera pas les 20 000 euros.

Les ventes de petites citadines en Europe sont passées de 10% en 2010 à moins de 7% selon IHS Markit

Renault n’est pas le seul à arrêter les petites voitures. Déjà en 2019, la Ford Ka Plus a quitté le marché européen. Même chose du côté de PSA. Le constructeur français a mis fin à la production de la Peugeot 108 et de la Citroën C1 qu’il produisait avec Toyota à l’usine de Kolín en République Tchèque. Depuis un an, le japonais est devenu propriétaire à 100% du site. Une fin de partenariat pour PSA en lien avec la création de Stellantis avec FCA.

Il faut dire que depuis une dizaine d’années, le marché des petites citadines en Europe s’érode. Selon les données d’IHS Markit, les ventes sont passées de 10% en 2010 à moins de 7% en 2019. Aujourd’hui, seuls deux constructeurs poursuivent le développement de petites citadines électrique à savoir Fiat avec la 500e et Volkswagen avec la ID1 électrique dont la sortie est attendue en 2025.

Julien Rizzo