BFM Business

Circulation à Paris: quand votre voiture sera-t-elle interdite?

Les voitures porteuses de la pastille Crit'Air 4 ne pourront plus circuler dans Paris en semaine à partir du 1er semestre 2019.

Les voitures porteuses de la pastille Crit'Air 4 ne pourront plus circuler dans Paris en semaine à partir du 1er semestre 2019. - AFP - Geoffroy van der Hassert

Anne Hidalgo a annoncé deux nouvelles vagues d’interdiction de véhicules, distingués selon le dispositif Crit’Air. Votre voiture est-elle concernée? Réponse avec notre module exclusif, alors que la Mairie de Paris veut interdire tout modèle de voiture thermique d'ici à 2030.

Le nombre de voitures autorisées à rouler en semaine dans les rues de Paris va encore se réduire. Ce mardi en effet, la maire de la capitale Anne Hidalgo a annoncé que dès le premier semestre 2019, les véhicules porteurs d’une pastille Crit’Air 4 ne pourraient plus circuler en semaine.

A partir de 2022, nouvelle étape: les voitures porteuses d’une pastille Crit’Air 3 seront elles aussi interdites dans la capitale. Votre voiture est-elle concernée? Faites-le test avec notre comparateur ci-dessous. Toutes les voitures avant 1997 sont elles déjà interdites. Au contraire, les voitures électriques équipées d'une pastille verte ne souffrent d'aucune restriction de circulation. 

68 euros d'amende

L’objectif de Paris est d’interdire la circulation de tous les véhicules diesel en 2024, puis de toutes les voitures essence en 2030. Pour y parvenir, la municipalité parisienne utilise depuis le 1er juillet 2016 le dispositif Crit’Air pour lutter contre la pollution intramuros. Les premiers véhicules à avoir été interdits étaient les voitures essence comme diesel de plus de 20 ans, qui n’étaient pas éligibles à une pastille Crit’Air.

Depuis le 1er juillet 2017, sont également interdites les voitures porteuses de la vignette Crit’Air 5, c'est-à-dire les diesel immatriculés entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000. Il est donc légalement interdit de rouler dans Paris sans vignette Crit’Air, en semaine, entre 8h et 20h.

Les contrevenants s’exposent à une amende de 68 euros. Jusqu’à présent, très peu d’automobilistes dont le véhicule n’était pas équipé d’un dispositif Crit’Air ont été verbalisés. La Mairie de Paris songe à confier aux 1800 agents libérés du contrôle du stationnement la mission de contrôler les usagers du dispositif Crit’Air. En octobre dernier, 41,2% des voitures circulant en Ile-de-France disposaient d'une vignette Crit'Air

dossier :

Anne Hidalgo

Pauline Ducamp et Emeline Gaube