BFM Auto

Le plan d’Anne Hidalgo pour interdire le diesel de Paris en 2020

Anne Hidalgo a réaffirmé le 10 juin sa volonté de bannir de Paris tous les véhicules diesel d'ici à 2020.

Anne Hidalgo a réaffirmé le 10 juin sa volonté de bannir de Paris tous les véhicules diesel d'ici à 2020. - Fred Dufour - AFP

La maire de Paris l’a rappelé: en 2020, aucun diesel ne sera plus autorisé à rouler dans les rues de Paris. Eviction progressive des plus anciens véhicules, mais aussi mesures contraignantes pour le trafic et concertation au niveau de la région doivent lui permettre d’atteindre cet objectif.

La fin du diesel à Paris en 2020, Anne Hidalgo l’avait déjà annoncé fin 2014. "Je veux la fin du diesel à Paris en 2020, et si possible au-delà du périphérique", déclarait-elle alors au JDD. La maire de Paris n’a pas varié de ligne et construit depuis lors son plan d’éviction de la capitale de tous les véhicules au mazout . Avec beaucoup de détermination, mais aussi pas mal de flou pour arriver jusque 2020.

Des interdictions ciblées sur les véhicules

En février 2015, le conseil de la Mairie de Paris a voté le plan anti-pollution de la maire, qui s'est concrétisé au 1er juillet 2015 par une première étape: l’interdiction de circuler dans Paris des autocars essence comme diesel immatriculés avant octobre 2001.

La seconde étape du plan est l’interdiction de la circulation des véhicules particuliers essence comme diesel immatriculés avant le 1er janvier 1997 à partir du 1er juillet 2016. Ces vieilles voitures seront bannies de la capitale entre 8 et 20 heures en semaine, mais libre de circuler le week-end et la nuit.

La Mairie a cependant établi une liste de dérogations à cette interdiction, pour les commerçants des marchés parisiens, mais aussi les propriétaires de voitures de collection ou des professions comme les médecins ou qui ont fait d’une voiture ancienne un outil commercial.

Inciter les Franciliens à prendre les transports

Parallèlement aux interdictions de circulation des véhicules, la Mairie de Paris compte limiter tout simplement la circulation dans la capitale. Dès fin 2014, Anne Hidalgo avait confié certaines mesures, comme la création de zones semi-piétonnières dans les 1er, 2ème, 3ème et 4ème arrondissements de Paris, un tramway rue de Rivoli ou encore l’augmentation des zones 30 dans la capitale.

Après la fermeture des voies sur berge rive gauche, les voies sur berge rive droite fermeront définitivement à partir du 21 août, à l’arrêt de Paris Plage. "En semaine, on n’a pas besoin de voiture individuelle pour se déplacer dans Paris, nous déclarait le 11 mai Christophe Najdovski, adjoint au maire de Paris en charge des Transports. Les particuliers ont une palette de solutions pour circuler dans Paris. Nous avons par exemple lancé le Service de Véhicule Partagé, un nouveau service d’autopartage. Il y a aussi AutoLib. Il faut passer de la voiture individuelle à la multimodalité". En parallèle, la Mairie de Paris a mis en place des aides pour changer de véhicules, notamment pour les professionnels.

Quelle feuille de route après 2017?

Le plan anti-diesel d’Anne Hidalgo devient plus flou après le 1er janvier 2017. A cette date, la publication des décrets sur les Zones à Circulation restreintes (ZRC), prévues dans la loi de transition énergétique, permettra d’en bannir officiellement tous les véhicules sans pastille, de verbaliser les contrevenants (35 euros à partir du 1er octobre, 68 euros ensuite) et de jouer sur les différents niveaux de pollution sanctionnés par les pastilles mises en place par Ségolène Royal pour exclure plus de véhicules, même temporairement lors de pics de pollution par exemple.

"Anne Hidalgo fait de Paris un régime d’exception, conteste Fabrice Godefroy, président de l’association Diesèlistes de France. En voulant interdire tous les diesels dans Paris, elle ne tient pas compte des diesels les plus récents, Euro 5 et 6, qui dans le système de Ségolène Royal reçoivent une pastille".

Surtout, la maire de Paris va devoir négocier avec les élus régionaux, car ces décisions impactent tous les Franciliens. Christophe Najdovski a ainsi déjà avancé l’idée d’étendre l’interdiction de circulation des vieux véhicules à la petite couronne, pourquoi pas en 2017. Cette implication de la région semble un préalable avant la mise en place de nouvelles interdictions. Le communiqué de presse de la Mairie de Paris quant à l'interdiction du 1er juillet prévoit trois nouvelles vagues d'interdiction à des véhicules polluants, mais sans être plus précis sur le calendrier.

Mais en attendant, pour Fabrice Godefroy, les automobilistes se préparent à des jours difficiles: "70% des automobilistes roulent avec des véhicules diesel. Que vont faire les gens qui achètent ce type de modèles aujourd’hui? Anne Hidalgo va-t-elle les rembourser?"

P. Ducamp