BFM Business

Les pastilles anti-pollution, mode d'emploi

Le nouveau système de pastilles doit identifier les véhicules selon leurs émissions de polluants, et permettre ainsi leur interdiction de circulation.

Le nouveau système de pastilles doit identifier les véhicules selon leurs émissions de polluants, et permettre ainsi leur interdiction de circulation. - Flickr - Pittou2

Le 1er juillet, le ministère de l’Ecologie lance Crit’Air, un système de pastilles pour identifier les véhicules les moins polluants. Le dispositif n’est pas obligatoire, mais il le deviendra de fait dans les municipalités comme Paris qui vont mettre en place des zones urbaines à circulation réduite.

A partir du 1er juillet, la pastille verte fait son grand retour. Sa mouture 2016 se nomme "Crit’Air" et comprend en fait six pastilles, du vert pour les véhicules électriques au gris pour les diesel immatriculés entre 1997 et 2000. Le but est d’identifier les voitures particulières et véhicules utilitaires légers, autorisés à circuler dans les nouvelles ZCR (zones à circulation restreinte), des aires urbaines dont l’accès sera interdit par les municipalités aux véhicules les plus polluants. Une mesure qui fait partie de la loi sur la transition énergétique. Paris est la première municipalité à mettre en place une ZRC, mais Bordeaux, Grenoble (lors des pics de pollution) ou Strasbourg y réfléchissent également.

> Quelle pastille pour ma voiture?

Les six pastilles de Crit’Air pointent le niveau d’émissions de polluants (oxydes d’azote et particules fines). Les voitures immatriculées avant le 1er janvier 1997 ne pourront pas recevoir de pastilles. Les modèles diesel, même les plus récents, peuvent au mieux obtenir une vignette jaune, car ils sont les plus visés par les autorités.

Six pastilles concernent les voitures particulières immatriculées après le 1er janvier 1997.
Six pastilles concernent les voitures particulières immatriculées après le 1er janvier 1997. © Ministère de l'Environnement

> La pastille est-elle obligatoire?

Non, elle ne l’est pas dans le texte, chaque automobiliste peut en faire la demande volontairement. Mais dans les faits, la pastille deviendra obligatoire pour tout automobiliste qui veut circuler dans Paris, puis dans n’importe quelle ville qui aura mis en place une ZRC. "Elles ne sont pas obligatoires mais comme dans les zones de circulation restreinte seuls seront autorisés un certain nombre de certificats de qualité de l'air, tout le monde a intérêt à les obtenir", a déclaré Ségolène Royal, lors d'une visite le 21 juin dans les locaux d'Airparif, l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France. Si vous comptez rouler dans Paris en semaine dans les prochains mois, mieux vaut donc vous la procurer. 

> Comment se procurer sa pastille?

"Un téléservice connecté au système d’immatriculation des véhicules (SIV) sera mis en place, le certificat sera confectionné sur demande et expédié à l’adresse qui figure sur la carte grise du véhicule avec une procédure par courrier pour les utilisateurs n’ayant pas d’accès à Internet. Pour plus de sécurité le certificat comportera un flashcode qui permettra de limiter les fraudes avec une signature numérique", précise le ministère sur son site internet. Pour commander la pastille, les utilisateurs doivent se connecter au site www.certificat

> Combien ça coûte?

Gratuite les six premiers mois, la pastille sera ensuite facturée 4,5 euros.

> Quels avantages avec une pastille?

Pour l’instant, le système est très simple. Tous les véhicules avec une pastille ont le droit de circuler dans les ZRC. Ceux qui ne peuvent prétendre à une pastille en sont bannis. Par exemple à Paris, les automobilistes dont les voitures portent une pastille, pourront circuler toute la semaine intra-muros sans restriction, car leur voiture n’est pas parmi les plus polluantes.

La pastille devrait également accorder des facilités de stationnement. La mairie de Paris comme le ministère envisagent aussi d’utiliser les pastilles pour interdire la circulation des véhicules dans les centres-villes lors des pics de pollution.

> Quel calendrier et quelles sanctions?

Une phase transitoire sera cependant mise en place jusqu’au 1er janvier 2017 et la publication des décrets sur les ZRC. Pendant cette phase, les automobilistes ne seront pas verbalisés.

Au 1er juillet, Paris interdira la circulation des véhicules essence et diesel. Les premières pastilles pourront être commandées à partir de cette date.

A partir du 1er octobre, la mairie de Paris verbalisera les automobilistes qui roulent intra-muros avec leur voiture immatriculée avant 1997. Ils risquent une amende de 38 euros.

P. Ducamp