BFM Business

Huawei n’a plus le droit d’installer Facebook sur ses smartphones

Le Huawei P30

Le Huawei P30 - Huawei

Le réseau social a indiqué que l'accord avec Huawei, qui permettait jusqu'ici au groupe chinois d'installer par défaut les applications Facebook sur ses smartphones, était terminé.

Après Google, c’est au tour de Facebook de prendre ses distances avec Huawei, à la suite des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. D’après Reuters, Facebook n’autorise plus Huawei à préinstaller ses diverses applications (Facebook, Messenger, Instagram et WhatsApp) sur ses terminaux. Jusqu’alors, les clients de Huawei avaient accès à ces services dès le premier allumage de leur smartphone, sans avoir besoin de les télécharger.

Pour Huawei, cette annonce est un nouveau coup dur: sans nouvelles négociations entre Américains et Chinois, ses prochains smartphones ne pourront bénéficier des applications fournies par Google, dont le Play Store, qui permet de télécharger toutes les autres. Si la situation n’évolue pas, les smartphones Huawei n’offriront plus aucune possibilité pour accéder à Facebook, InstagramMessenger et WhatsApp, à moins de passer par des sites non-officiels.

Les appareils existants ne sont pas concernés

Les utilisateurs actuels d’appareils de la marque chinoise, comme ceux qui achèteront les produits déjà en boutique, n’ont en revanche pas d’inquiétude à avoir. Après que Huawei France a confirmé que les mises à jour de sécurité et le service après-vente ne seraient pas touchés, Facebook assure à Reuters que toutes ses applications continueront à fonctionner normalement sur les modèles existants. Elles profiteront par ailleurs de toutes les mises à jour.

Facebook n’est pas la seule entreprise à avoir noué un tel partenariat avec Huawei. Twitter et Booking sont également installés par défaut sur les mobiles fabriqués par l’entreprise. Pour l’heure, aucune de ces deux firmes n’a apporté de précision sur le sujet. En plus d’être privé de nombreuses applications, Huawei pourrait être contraint de renoncer à utiliser ses propres processeurs, en raison de l’intégration de certaines technologies américaines.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech