BFMTV

Violences sexuelles dans l'armée: une enquête interne ouverte

Soldats français attendant l'arrivée du ministre Jean-Yves Le Drian venu les voir avant leur envoi au Mali, à Miramas, le 25 janvier 2013.

Soldats français attendant l'arrivée du ministre Jean-Yves Le Drian venu les voir avant leur envoi au Mali, à Miramas, le 25 janvier 2013. - -

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a ordonné l'ouverture d'une enquête interne après la parution d'un livre choc, "La Guerre invisible", qui dénonce les violences subies par les femmes dans l'armée française.

Les femmes représentent aujourd'hui un sixième des effectifs de l'armée française. Mais leur intégration dans un monde très viril relève du parcours du combattant: humiliations, allusions sexuelles permanentes, beuveries, violences sexuelles... Dans le livre choc La Guerre invisible (voir encadré), deux journalistes dépeignent le calvaire d'une quarantaine d'entre elles, témoignages à l'appui. Au point d'attirer l'attention du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, qui a ordonné jeudi l'ouverture d'une enquête interne sur les violences sexuelles dans les rangs de l'armée.

Une double peine

Sophie, qui témoigne sur BFMTV, a subi ce type de violences. C'était après une soirée avec son unité. "En me raccompagnant dans ma chambre, un de mes camarades a profité de mon état alcoolisé pour abuser de moi", indique-t-elle. Mais le plus difficile est venu après, quand elle a porté plainte: "Certains me prennent pour une menteuse. Il y a eu des insultes, des méchancetés gratuites. On me reproche de l'avoir dit."

Double peine: après l'affaire, c'est elle qui s'est vue mutée. "J'ai demandé à ne pas changer d'unité. Mais on m'a dit: 'c'est pour ton bien'. Je ne vois pas pourquoi c'était à moi et pas à l'autre personne de partir!", s'offusque-t-elle.

Silence dans les rangs

Car ces violences, pour les auteurs de La Guerre invisible, relèvent d'un véritable tabou au sein de la "Grande Muette". "L'Etat-major est au courant et fait tout pour se débarrasser des victimes de violences sexuelles", dénonce Leila Minano, l'une des auteurs, jointe par BFMTV. "Pour ces femmes, la violence est double: elles veulent être soldat, et se disent alors 'ce n'est pas pour moi'".

Selon les deux auteurs de La Guerre invisible, les situations les plus tendues se situeraient en opérations, où la promiscuité et les conditions de vie sont plus rudes, au sein de certaines écoles militaires où la féminisation est toujours mal perçue et "dans les grands moments d'ébriété", où "la cohésion se fait souvent au dépend des femmes", écrivent-elles.

Une enquête ordonnée par la Défense

Des accusations que le ministère de la Défense prend très au sérieux, alors que l'armée française est actuellement la plus féminisée d'Europe. Dans une lettre adressée à l'Inspection générale des armées et au Contrôleur général des armées, le minitre Jean-Yves Le Drian a ordonné une enquête qui devra notamment "présenter et commenter les suites professionnelles, disciplinaires et judiciaires données notamment aux cas évoqués, tant du côté des agresseurs présumés que des victimes."

Les services concernés ont jusqu'à fin mars pour rendre leurs conclusions. Et devront formuler des recommandations afin d'établir "un plan d'action vigoureux" pour combattre de tels agissements.

|||La Guerre invisible
Ce livre (Ed. Les Arènes et Causette), co-signé des journalistes Leila Minano et Julia Pascual, est le fruit de deux ans d'enquête. Il égrène les témoignages (une quarantaine) de femmes militaires victimes de violences sexuelles de la part de leurs homologues masculins.

Mathilde Tournier et Pierre Millet