BFMTV

Une application pour donner un coup de pouce aux étudiants en échange de services

Jardinage, bricolage, cours de soutien. Une application propose aux étudiants d'arrondir leurs fins de mois en échange de services.

Alors que la précarité explose chez les étudiants depuis le début de la crise liée au Covid-19 et que l'aide alimentaire est devenue indispensable pour certains d'entre eux, une initiative se propose de leur donner un coup de pouce.

Inscription gratuite

Plusieurs étudiants ont ainsi lancé Studybiz - un site et une application qui doivent voir le jour début mars - dont le principe est de mettre en relation des étudiants et des personnes en besoin de services. Babysitting, jardinage, réparation téléphonique, informatique, bricolage, ou même cours de soutien: autant d'activités permettant aux étudiants de bénéficier d'un complément de revenus alors que la plupart d'entre eux ont perdu leur emploi.

"L'idée est de lutter contre cette précarité de plus en plus présente, explique à BFMTV.com Matteo Vincenti, l'un des créateurs de l'application qui a été imaginée avant la crise sanitaire. C'est très difficile en ce moment pour les étudiants et ça risque de l'être encore plus."

Selon un rapport de l'Observatoire de la vie étudiante, plus d'un tiers des étudiants qui avaient une activité rémunérée ont dû l'arrêter pendant le premier confinement. Ce qui représente une perte de près de 300 euros mensuels. Un étudiant sur trois a déclaré avoir rencontré des difficultés financières.

Un lien entre générations

L'inscription est gratuite et ouverte à tous les étudiants majeurs - sur justificatif de la carte d'étudiant - qui pourront proposer leurs services à des personnes résidant dans la même ville ou la même zone qu'eux. Une limite juridique de 600 euros par mois et par étudiant est également fixée.

Pour Matteo Vincenti, Studybiz pourrait également apparaître comme une solution supplémentaire pour venir en aide aux personnes âgées et isolées qui ont également beaucoup souffert de solitude depuis le début de la pandémie.

"En résumé, l'application, c'est une bonne action pour les étudiants et une bonne prestation pour un bon tarif. Si en plus elle pouvait réunir les jeunes en difficulté et les personnes âgées qui ne peuvent pas voir leur famille, ce serait vraiment super."
Par Céline Hussonnois-Alaya avec Boris Courret