BFMTV
Société

Tarn: rassemblement des opposants au barrage controversé de Sivens

Des travailleurs préparent le terrain pour la construction du barrage de Sivens, le 9 septembre 2014 près de Gaillac, dans le Tarn.

Des travailleurs préparent le terrain pour la construction du barrage de Sivens, le 9 septembre 2014 près de Gaillac, dans le Tarn. - Remy Gabalda - AFP

Les opposants à la construction du barrage contestent le "coût environnemental et financier très élevé" du projet. Le rassemblement est prévu sur le site à 14 heures.

On le surnomme le "Notre-Dame-des-Landes" du Sud-Ouest. Un rassemblement des opposants au barrage controversé de Sivens, dans le Tarn, est prévu ce samedi après-midi à 14 heures sur le site. 

Le projet public de barrage, porté par le conseil général du Tarn, vise à soutenir l'étiage du Tescou, un petit affluent du Tarn, et à sécuriser l'approvisionnement en eau des fermes voisines. Les opposants, eux, contestent le "coût environnemental et financier très élevé" du projet (8,4 millions d'euros) et dénoncent, sur le fond, un modèle d'agriculture irriguée dépassé.

"Barrage inutile"

Sur Twitter, plusieurs responsables politiques ont annoncé leur participation à la manifestation, dont le député européen (EELV) José Bové, qui dénonce un "barrage inutile", et le responsable du Parti de Gauche (PG) Jean-Luc Mélenchon. .

Echauffourées

Sur le site, à Lisle-sur-Tarn près de Gaillac, les opérations de déboisement ont été régulièrement marquées par des échauffourées entre forces de l'ordre et opposants.

Sans interrompre les travaux, Ségolène Royal avait créé, le 8 septembre, une mission d'expertise pour évaluer "la qualité et l'ambition du projet de territoire et les mesures compensatoires visant à préserver la biodiversité du site". Les opposants estiment que le ministère cherche actuellement "le scénario qui va le moins fâcher les acteurs", "arrondir les angles", "sans désavouer le Conseil général et les services de l'État du Tarn", selon le porte-parole du collectif Testet, Ben Lefetey.

V.R. avec AFP