BFMTV

Scandale dans la CSI 93: l'avocate d'une victime témoigne

En plein débat sur les violences policières, la compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) de Seine-Saint-Denis est visée par 17 enquêtes préliminaires. On les surnommait « la bande des 21 ». Dès le mois de décembre 2014, la hiérarchie de la compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis (CSI 93) signalait le comportement odieux et raciste de certains de ces vingt-et-un fonctionnaires. Elle expliquait avoir entendu sur les ondes ses subordonnés se gargariser « de bosser le 31 », seul jour de l'année pour pouvoir « taper » sur certaines personnes. Après un signalement à l'administration, ces policiers sont mutés « dans l'intérêt du service ». Le linge sale est lavé en famille, sans que la justice ne soit avisée. Rackets de dealers, violences, propos racistes, interpellations illégitimes, confiscation de stupéfiants à des fins personnelles, procédures montées ou trafiquées… L'étendue et la diversité des soupçons donnent le vertige. Si bien que le préfet de police a annoncé ce jeudi la dissolution pure et simple du service. Du jamais-vu depuis l'affaire des méthodes douteuses de la BAC de Marseille. Quatre agents de la CSI 93, ont été mis en examen. Au total, 10 % des 150 fonctionnaires qui la composent pourraient être impliqués.

Sur le même sujet