BFMTV

Paris: une Femen mime l'avortement de Jésus en l'église de la Madeleine

Eloïse Bouton, membre des Femen, le 20 décembre 2013.

Eloïse Bouton, membre des Femen, le 20 décembre 2013. - -

Une militante française des Femen a mené une nouvelle action choc vendredi à Paris pour dénoncer les campagnes anti-avortements.

Les Femen ont mené une nouvelle action à Paris vendredi. Motif? S'opposer "aux campagnes anti-avortement menées par le lobby catholique à travers le monde". La militante, seins nus, s'est dirigée peu avant 10 heures vers l'autel face à une dizaine de personnes présentes alors qu'une chorale répétait dans l'édifice. La chef de file des Femen en France, Eloïse Bouton, a mimé l'avortement de l'embryon de Jésus sur l'autel de l'église La Madeleine à Paris.

Les mots "344 salopes" étaient inscrits sur son ventre, une référence au manifeste des 343 femmes qui avaient signé un appel à la dépénalisation de l'avortement et la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse en avril 1971. Dans son dos était écrit "Christmas is aborted".

"Fermeture des centres IVG, culpabilisation, pression de la secte catholique: même en France, pratiquer une IVG relève du chemin de croix", a expliqué le mouvement sur Twitter.

Fermeture des centres IVG, culpabilisation, pression de la secte Catholique: même en France pratiquer une IVG relève du chemin de croix.
— FEMEN France (@Femen_France) 20 Décembre 2013

Jeudi, la militante ukrainienne Inna Shevchenko avait manifesté au Vatican. Elle s'était écrit sur le corps "Noël est annulé"

Condamnations de personnalités politiques

Cette action a suscité de nombreuses réactions. Outre le curé de la Madeleine, qui a déposé plainte auprès de la police, de nombreux politiques ont réagi. Nathalie Kosciusko-Morizet a "condamné la profanation de l'église" sur Twitter.

Suite à leur action de ce matin, je condamne la profanation de l'église de la Madeleine par les #Femen. Stop à la provocation !
— N. Kosciusko-Morizet (@nk_m) 20 Décembre 2013

Rachi Dati, qui avait failli se présenter contre elle, a condamné une "action odieuse".

Je condamne avec la plus grande fermeté l'action odieuse des #Femen ce matin à l'église de la #Madeleine.https://t.co/SRK2j82p3u
— Rachida Dati (@datirachida) 20 Décembre 2013

Le candidat du FN, Wallerand de Saint Just, s'est lui aussi exprimé sur "les actions vulgaires" des Femen.

Les actions vulgaires des #femen salissent ce qu'elles prétendent "défendre".
— Wallerand de St Just (@wdesaintjust) 20 Décembre 2013

Côté socialiste, le maire de Paris Bertrand Delanoë "réprouve" dans un communiqué "un acte qui caricature le beau combat pour l'égalité femmes-hommes, sème la discorde dans la société parisienne et choque inutilement de nombreux croyants."

Le président des jeunes de la Droite Populaire, mouvement des jeunes adhérents du mouvement de l'UMp, s'est lui aussi fendu d'un tweet qui n'est pas passé inaperçu:

Si on avait un président comme Poutine en France, les #Femens seraient là ou elles devraient être : dans une geôle sous camisole.
— Pierre Gentillet (@PierreGentillet) 20 Décembre 2013
K. L. avec AFP